UNIVERS SOCIAL – ARTS VISUELS / Nouvelle-France vers 1745 – Peinture – 2e cycle du primaire


LES RÉALITÉS CULTURELLES PAR LE PERSONNAGE PROJET Réaliser la page couverture d’une bande dessinée inspirée du mode de vie sur le territoire habité par les Innus vers 1745. LA BÛCHERONNE DE MATAMEK – Gouache sur papier aquarelle, 8,5 x 11 pouces. . 4e année, classe de Stéphanie Trudel, école St-Pierre-Claver, Montréal (Québec), 2018-2019 . MATÉRIEL

LES RÉALITÉS CULTURELLES PAR LE PERSONNAGE

PROJET

Réaliser la page couverture d’une bande dessinée inspirée du mode de vie sur le territoire habité par les Innus vers 1745.

LA BÛCHERONNE DE MATAMEK – Gouache sur papier aquarelle, 8,5 x 11 pouces.

Suivant
Précédent

.

4e année, classe de Stéphanie Trudel, école St-Pierre-Claver, Montréal (Québec), 2018-2019

.

MATÉRIEL

LE MATÉRIEL D’ART EST FOURNI PAR ETAPMANITU

1. Papier régulier, 11 x 17 po (1 par élève) 

2. Crayon à mine, gomme à effacer et crayon-feutre noir

3. Carton rigide ou papier aquarelle, 8,5 x 11 po ( 1 par élève)

4. Gouache : jaune, bleu, rouge, noir et blanc

5. Gobelet, assiette (1 par élève)

6. Pinceaux (1 petit et 1 large par élève)

7. Papier brun (essuyer les pinceaux)

8. Tablier (1 par élève)

.

LANGAGE PLASTIQUE

Couleurs pigmentaires primaires : jaune primaire, magenta, cyan

Couleurs pigmentaires secondaires : vert, orangé, violet

Formes : arrondie, angulaire

Lignes : horizontale, verticale, large, étroite, courte, longue

Outil : pinceau

Techniques : dessin, peinture

Tracer à main levée

Valeurs : claire, foncée

.

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Vidéo sur le mode de vie innu – Enseignement traditionnel – Production Manitu inc.

1745 innuDurée : 6 min 22 s.

.

Couvertures de bandes dessinées

.

.

Scènes de vie innues

.

.

Scènes de vie des colons

.

.

.

.

Objets et vêtements du quotidien

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Documents (à imprimer, à couper et à coller)

.

.

Tableau des couleurs primaires et secondaires

.

.

.

.

Carnet de traces

*Bien qu’il y ait plusieurs éléments qui constituent l’environnement de la Nouvelle-France en 1745 et plusieurs métiers dans mon carnet de traces, les élèves n’en écrivent que quatre ou cinq.

.

.

Ce projet est financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

.

.

.

CONTENU DU CARNET DE TRACES

Les élèves fabriquent un carnet de traces de 8 pages et compilent les informations suivantes :

PAGE COUVERTURE : écrire son nom en bas, au centre ; dessiner un personnage ; écrire un titre en haut.

Page 2 : écrire les éléments qui constituent l’environnement de la Nouvelle-France.

Page 3 : suite de la page 2.

Page 4 : écrire les éléments de l’aspect physique d’un personnage.

Page 5 : coller une photocopie des trois couleurs primaires et secondaires ; entourer deux couleurs primaires et une secondaire ; écrire « valeur » et en dessous : « claire – blanc ; foncée – noir ».

Page 6 : écrire le nom des personnages que l’on pouvait trouver en Nouvelle-France en 1745 ; entourer le nom d’un personnage.

Page 7 : écrire une lettre à un proche.

Page 8 : suite de la page 7.

Réalisation d’un carnet de traces

.

.

ÉTAPES DU COURS

Jour 1

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI (tableau blanc interactif) :

– la vidéo sur le mode de vie innu pour le visionnement

– le document sur les réalités culturelles de la société canadienne en Nouvelle-France pour consultation

.

– les couvertures de bandes dessinées pour consultation

.

les scènes de vie pour consultation.

.

Distribuer à chaque élève un papier régulier, 11 x 17 pouces.

.

1. Présenter l’artiste et le projet. Qu’est-ce qu’un mode de vie ? C’est une manière de vivre, d’être et de penser, d’une personne ou d’un groupe d’individus. C’est son comportement quotidien, sa façon de vivre… sa culture. Consulter les scènes de vie (sur le TBI).

2. Visionner la vidéo sur le mode de vie des Innus 1745 innu Production Manitu inc. Durée : 6 min 22 s.

3. Réaliser un carnet de traces en manipulant et en pliant un papier de 11 x 17 de pouces, en 8 carrés égaux. Repérer la page couverture et écrire son nom au bas de la page. Numéroter ensuite les pages de 2 à 8 dans les coins extérieurs.

4. S’approprier les réalités culturellesConsulter le document sur les réalités culturelles (sur le TBI) et ouvrir une discussion sur les éléments qui constituent l’environnement de la Nouvelle-France en 1745. Écrire au tableau des éléments retrouvés sur le territoire (p. ex. : moulins à farine, fermes, maisons de bois, etc.) Écrire quatre ou cinq éléments dans son carnet de traces, page 2.

5. Qu’est-ce qu’une censive ? C’est une terre concédée moyennant un cens annuel payé au seigneur. Explorer les ressemblances et les différences dans les réalités culturelles, soit : croyances, religion, arts, langues, alimentation, habillement, divertissement et coutumes. Écrire quatre ou cinq éléments, page 3.

.

6. Consulter des scènes de vie (sur le TBI) et trouver les personnages et les métiers exercés (p. ex. : forgeron, boulanger, charpentier, menuisier, etc.). Choisir et écrire quatre ou cinq métiers à la page 6.

Entre le jour 1 et le jour 2

L’enseignant s’assure de la compréhension de l’élève et vérifie que la collecte de l’information est conforme aux attentes : quatre ou cinq éléments qui constituent l’environnement (page 2), quatre ou cinq éléments culturels (page 3), quatre ou cinq noms de personnages (page 6).

Jour 2

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI :

– le graphique sur la chaîne d’exploitation dans le commerce des fourrures pour consultation

.

– les images d’objets et de vêtements du quotidien

.

– le tableau des trois couleurs primaires et secondaires.

.

Imprimer et couper la liste des couleurs primaires et secondaires, format env. 4 x 3 po (1 par élève).

.

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces.

Distribuer à chaque élève :

– une photocopie de la liste des couleurs primaires et secondaires

– un crayon-feutre noir

– un bâton de colle.

.

7. RécapitulationQuelles sont les ressemblances et les différences entre hier et aujourd’hui ? Consulter le graphique sur la chaîne d’exploitation dans le commerce des fourrures (sur le TBI).

8. Quelles sont les trois couleurs primaires ? Jaune primaire, cyan (bleu), magenta (rouge). Et les trois couleurs secondaires ? Vert, orangé, violet. Consulter le tableau des trois couleurs primaires et secondaires (sur le TBI). Coller une photocopie, page 5. Quelles couleurs choisir pour réussir un paysage ? C’est une couleur réalisée à partir de deux couleurs primaires. Comment faire ressortir un personnage du paysage ? En utilisant la troisième couleur primaire. Choisir et entourer deux couleurs primaires et une couleur secondaire.

9. Qu’est-ce que le blanc et le noir ? Le blanc est la réunion de toutes les couleurs et le noir est l’absence de couleur. Qu’est qu’une valeur en peinture ? Dans les arts graphiques comme en peinture, la valeur d’un ton est sa luminosité ou clarté, c’est-à-dire sa position dans l’échelle entre les tons sombres, ou ombres, et les tons clairs, ou lumières. Écrire « VALEUR claire – blanc, foncée – noir », en bas de la page 5.

.

10. Consulter les métiers à la page 6. Choisir et entourer le nom d’un métier. Écrire les éléments de l’aspect physique du personnage qui aurait le métier choisi (ex. : le coureur des bois a de larges épaules, il est petit et trapu), page 4.

11. Qu’est-ce qu’un synopsis ? C’est un bref exposé écrit d’un sujet de film, constituant l’ébauche d’un scénario. Penser à un scénario dans lequel on joue le rôle principal. Raconter à la troisième personne. Par exemple :

.

12. Que signifie « tracer à main levée » ? C’est une technique de dessin qui se réalise à la main, sans outil de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas. Consulter les images d’objets et de vêtements du quotidien (sur le TBI) et dessiner le personnage sur la page couverture. Ajouter les couleurs (laisser des zones blanches). Retracer les lignes de contour au crayon-feutre noir.

.

Entre le jour 2 et le jour 3

L’enseignant s’assure que les informations figurent dans les carnets de traces : couleurs entourées et valeurs (page 5), éléments de l’aspect physique d’un personnage (page 4), illustration (page couverture).

L’élève rédige une lettre dans laquelle il se décrit à la 3e personne du singulier. Cette lettre servira de synopsis, pages 7 et 8. Signer la lettre d’un nom qui en dit long (p. ex. : tu es bûcheron… LA BÛCHERONNE DE MATAMEK). Écrire le titre en haut de la page couverture.

.

Jour 3

PRÉPARATION

Bien que la gouache soit une peinture à l’eau, il vaut mieux recouvrir les tables.

Placer sur une table les trois couleurs primaires et les assiettes ; bien agiter les contenants avant d’ouvrir ; verser une petite quantité de chaque couleur dans une assiette (1 par élève), laisser autant d’espace que possible entre les couleurs ; redistribuer des couleurs aux élèves pendant le cours, si nécessaire. Distribuer du noir et du blanc pendant le cours, si nécessaire.

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces.

Distribuer à chaque élève :

– deux pinceaux (un grand et un petit)

– un morceau de papier brun

– un petit gobelet d’eau

– une feuille de papier aquarelle, 8,5 x 11 po

– une assiette contenant les trois couleurs primaires

– un crayon-feutre noir

– un tablier.

.

13. Démonstration — Dessiner de nouveau le personnage au crayon à mine d’abord et à main levée (voir page couverture). Retracer rapidement au crayon-feutre noir (éviter les détails), sur du papier aquarelle.

.

14. Démonstration — Appliquer un pigment coloré en aplat et à la tache (gouache). Pour le paysage, utiliser les couleurs entourées (voir page 5). Recommandation : appliquer la couleur secondaire au centre du paysage, utiliser les deux pinceaux (p. ex. : si l’on a choisi le bleu et le jaune, commencer par appliquer le bleu pour le ciel et le jaune pour le sol ou vice versa). Le mélange de ces deux couleurs sera le vert que l’on retrouvera au centre du paysage. Ajouter du blanc et/ou du noir, si désiré. Attention : utiliser un pinceau propre (bien nettoyer les pinceaux dans l’eau et essorer à l’aide d’un papier avant de continuer).

15. Appliquer les couleurs à l’intérieur du personnage (en aplat ou à la tache).

.

Placer un papier entre chaque réalisation et laisser reposer sous un poids lourd afin que la surface soit lisse et sans ondulation.

Nettoyer les pinceaux — Essuyer d’abord le surplus de peinture sur du papier ou sur un linge humide. Au-dessus d’un évier, verser du savon à vaisselle sur les pointes et frotter vigoureusement dans la paume de la main, sous l’eau chaude. Recommencer jusqu’à ce que l’eau soit claire. Essorer et laisser sécher. (Pour que les poils retrouvent leur souplesse, laissez un peu de savon sur les pointes.)

.

16. Retracer les lignes de contour du personnage au crayon-feutre noir et signer en bas, à droite. Écrire le titre en haut de l’image.

.

CONCLUSION 

Réflexion et évaluation des mesures à prendre pour développer des attitudes d’ouverture sur le monde et de respect de la diversité.

EXTENSIONS

1. Autoévaluation à partir d’une fiche.

.

2. Discuter sur l’importance d’écouter les autres. Présentation orale et visuelle de sa composition devant ses pairs.

3. Réaliser une bande dessinée en utilisant tous les personnages.

4. Réaliser une exposition : photocopier les pages 7 et 8 du carnet de traces ; couper et coller sur un carton de 5,5 x 7 pouces. Laisser un espace en haut et écrire le titre ; fixer sous chaque réalisation.

Ici, les inscriptions sous les réalisations n’y sont qu’à titre visuel.

.

4e année, classe de Stéphanie Trudel, école St-Pierre-Claver, Montréal (Québec), 2018-2019

.

GLOSSAIRE

Un aplat (ou à-plat) : en peinture, imprimerie, et arts graphiques, désigne une surface de couleur uniforme (de même nuance et même puissance).

Agriculture : processus par lequel les êtres humains aménagent leurs écosystèmes et contrôlent le cycle biologique d’espèces domestiquées, dans le but de produire des aliments et d’autres ressources utiles à leurs sociétés. 

Censive : terre concédée moyennant un cens annuel payé au seigneur.

Culture : accumulation personnelle d’éléments qui guident (ou déterminent) le comportement d’un humain dans un environnement donné.

Mode de vie : manière de vivre, d’être et de penser, d’une personne ou d’un groupe d’individus. C’est son comportement quotidien, sa façon de vivre.

Société matrilinéaire : où la transmission familiale se fait de mère en fille. (Iroquois, Hurons, Mohawks) (Famille iroquoienne)

Synopsis : bref exposé écrit d’un sujet de film, constituant l’ébauche d’un scénario.

Tracer à main levée : technique de dessin qui se réalise à la main, sans outil de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas.

Valeur : dans les arts graphiques comme en peinture, la valeur d’un ton est sa luminosité ou clarté, c’est-à-dire sa position dans l’échelle entre les tons sombres, ou ombres, et les tons clairs, ou lumières.

.

.

CONTENU D’APPRENTISSAGEMINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC

À la fin du 2e année cycle, l’élève doit pouvoir :

La société canadienne en Nouvelle-France vers 1745 : éléments de la société qui ont une incidence sur l’aménagement du territoire.

S’approprier les réalités culturelles : croyances, religion, arts, langues, alimentation, habillement, divertissement, coutumes.

COMPÉTENCE 1 – Lire l’organisation d’une société sur son territoire

Cheminement de l’élève : il cherche à rattacher des réalités sociales et territoriales actuelles au passé en indiquant des traces de cette société sur notre société et sur notre territoire. Il apprend à associer des personnages ou des événements à l’organisation sociale et à l’aménagement du territoire.

Composante de la compétence Établir des liens de continuité avec le présent

Critère d’évaluation

  • Indication de traces laissées par une société sur la nôtre et sur notre territoire

Attentes de fin de cycle : il indique, à partir de réalités actuelles, des traces laissées par une société du passé sur notre société et sur notre territoire. Il reconnaît des éléments de l’organisation de cette société sur son territoire. Il présente sa lecture de cette organisation dans une production.

COMPÉTENCE TRANSVERSALE 4 – Mettre en œuvre sa pensée créatrice

Évolution de la compétence : il devient capable de s’approprier l’objectif d’une activité et de trouver un moyen de l’atteindre. Moins sensible à l’influence des autres, il aime varier ses sources d’inspiration. Il dégage des modèles d’action inusités.

Composante de la compétence – Imaginer des façons de faire : se représenter différents scénarios et en projeter diverses modalités de réalisation.

Critère d’évaluation

  • Appropriation des éléments de la situation – Originalité des liens et des éléments

DOMAINE GÉNÉRAL DE FORMATION – Orientation et entrepreneuriat Intention éducative
Offrir à l’élève des situations éducatives lui permettant d’entreprendre et de mener à terme des projets orientés vers la réalisation de soi et l’insertion dans la société.

Axe de développement – Conscience de soi, de son potentiel et de ses modes d’actualisation

  • Sens du travail scolaire, goût du défi et sentiment de responsabilité face à ses succès et à ses échecs

LIEN CULTUREL – Enseignement traditionnel 1745 innu – Production Manitu inc. Durée : 6 min 22 s.

LIENS ARTISTIQUES

La formation en arts plastiques alphabétise visuellement l’élève, développe son potentiel créateur au regard du monde visuel et ses habiletés à symboliser, à exprimer et à communiquer par le biais de l’image.

À la fin du 2e cycle, l’élève doit pouvoir :

Tracer à main levée (crayon-feutre).

Appliquer un pigment coloré en aplat et à la tache (gouache).

COMPÉTENCE 1 – Réaliser des créations personnelles

Cheminement de l’élève : il diversifie son utilisation du langage plastique et exploite des agencements cohérents des éléments dans l’espace, tout en enrichissant ses idées de création grâce au partage avec les autres.

Composante de la compétence – Organiser les éléments résultant de ses choix

Critères d’évaluation

  • Relation entre sa réalisation et la proposition de création
  • Organisation cohérente des éléments

Attentes de fin de cycle : liée à la proposition de création, sa réalisation traduit sa perception du réel. Elle résulte de gestes spontanés et précis, d’une utilisation pertinente du langage plastique et d’une organisation cohérente des éléments qui la composent.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES INNUS

Par Anne-Marie André, Uashat (Québec)

OBJECTIF GLOBAL
Les objectifs pédagogiques innus
consistent à susciter chez l’enfant innu la connaissance et le respect de son groupe ethnique, de son environnement et de ses traditions et à favoriser la découverte des divers aspects de la vie innue d’hier et d’aujourd’hui.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX
2
. Explorer l’environnent naturel des Innus
5. Reconnaître les différents aspects de la vie innue d’aujourd’hui

OBJECTIFS TERMINAUX
2.5 Nommer les éléments naturels au campement en forêt

2.5.2 Identifier un élément naturel utile à l’homme.

5.1 Établir la différence entre le mode vie actuel sur la communauté et le mode vie d’autrefois

5.1.5 Comparer la nourriture d’hier à celle d’aujourd’hui.

Tous droits réservés © 2016 ETAPMANITU

.

Suivant
Précédent