LANGUES – MUSIQUE / Écriture – Chant – 3e cycle du primaire

LES ALEXANDRINS PAR LE RYTHME

PROJET

Créer des vers ayant le rêve pour thème. Réaliser un poème collectivement en explorant la poésie dans la culture innue.

Précédant
Suivant

.

.

LE RÊVE

.

.

Français, langue seconde

École St-Pierre Claver, Montréal, Qc. Classe de Zina Kessir, 5e– 6e année, 2021-2022

.

MATÉRIEL

1. Papier 11 x 17 pouces (1/élève)

2. Crayon mine, gomme à effacer

3. Bâton de colle

4. Instruments variés

5. Logiciel d’enregistrement (dictaphone)

6. Instruments trouvés (ou fabriquer)

.

LANGAGE MUSICAL

CODE TRADITIONNEL

STRUCTURE

Terme de dynamique – intensité et nuances : pianissimo pp(très doux), piano p (doux), forte ƒ (fort), fortissimo ƒƒ (très fort), crescendo < (ascendant), decrescendo > (descendant)          

Termes de mouvement – tempo : lente (très lent), moderato (modéré), allegro (rapide), presto (très rapide), andante (ni lent ni rapide), accelerando (en accélérant), poco a poco (peu à peu)

MOYENS SONORES

Voix : chantée, effets vocaux

Corps : percussions corporelles

Instruments : percussions (bois, métal, peau)

Organisation rythmique

.

.

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Vidéo sur le mode de vie innu – Enseignement traditionnel – Production Manitu inc.

Joueur de tambourDurée : 5 min 34 s.

.

« La griffe de l’aigle » poème de Rita Mestokosho, poétesse innue, tiré d’un recueil artisanal

.

Rita Mestokosho

.

« Sisina » poème de Charles Baudelaire tiré du recueil Les Fleurs du mal

.

MADRIGALJAM

.

Documents (à imprimer, à couper et à coller)

.

.

.

.

.

.

Carnet de traces

.

.

Ce projet est financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

.

.

CONTENU DU CARNET DE TRACES

Les élèves fabriquent un carnet de traces de 8 pages et compilent les informations suivantes :

PAGE COUVERTURE : écrire son nom en bas au centre, dessiner une image mentale, écrire « Rêve » en langue innue « Puamun » au-dessus du dessin. Pour plus de vocabulaire, voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words.

Page 2 : coller une photocopie sur les termes de mouvement ; écrire « tempo » en dessous du titre ; écrire les termes manquants.

Page 3 : coller une photocopie sur les termes de dynamique ; écrire « intensité et nuances » en dessous du titre ; écrire les termes manquants.

Page 4 : coller une photocopie sur le la signification du tambour.

Page 5 : écrire les réponses suivantes dans les espaces alloués : le monde du rêve ; rêvé trois fois ; tambour qui choisit le joueur.

Page 6 : écrire un rêve en quelques lignes et entourer trois ou quatre mots-clés.

Page 7 : écrire un alexandrin avec la technique apprise.

Page 8 : suite de la page 7.

Réalisation d’un carnet de traces

.

ÉTAPES DU COURS

Jour 1

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI (tableau blanc interactif) la vidéo sur le mode de vie innu pour le visionnement.

Imprimer et couper :

-la liste de questions sur le tambour, format env. 4 x 5½ (1/élève)

.

– la liste des termes de mouvement, format env. 4 x 3 (1/élève)

.

– la liste des termes de dynamique, format env. 4 x 3 (1/élève)

.

Distribuer à chaque élève :

– un papier 11 x 17 pouces

– une photocopie sur le tambour

– une photocopie sur les termes de mouvement

– une photocopie sur les termes de dynamique

– un bâton de colle.

.

1. Présentation de l’artiste et du projet. Qu’est-ce qu’un alexandrin ? C’est, en métrique classique, un vers composé, formé de deux hémistiches (ou sous vers) de six syllabes chacun. Qu’est-ce qu’un vers ? C’est un assemblage de mots, mesurés selon certaines règles (coupe, rime, etc.), rythmés d’après la quantité des syllabes […].

2. Visionner la vidéo sur le mode de vie innu Joueur de tambour — Production Manitu inc. Durée : 3 min 12 s.

3. L’élève réalise un carnet de traces en manipulant et en pliant un papier 11 x 17 pouces en 8 carrés égaux. Il repère la page couverture et écrit son nom au bas de la page. Il numérote ensuite les pages de 2 à 8 dans les coins extérieurs au bas de chaque page.

4. Ouvrir une discussion sur les instruments de musique et les coutumes. Quelle influence a le tambour sur les Innus ? Il communique avec le monde du rêve. Qui peut en jouer ? Celui qui en a rêvé trois fois peut en jouer et c’est le tambour qui choisit le joueur. Coller une photocopie, pages 4 et 5 et écrire les réponses, page 5.

.

5. Qu’est-ce qu’un djembé ? C’est un instrument de percussion (de la famille des membranophones) originaire d’Afrique de l’Ouest, où plus précisément il serait apparu il y a environ 700 ans au Mali. Quelle est la différence entre un djembé et un tambour traditionnel innu ? Le djembé est pratiquement indissociable de la danse alors que l’on se sert du tambour traditionnel pour communiquer avec le monde du rêve. Quelle peau d’animal est utilisée pour le tambour ? La peau de (jeune) caribou. Performance de l’artiste au djembé (percussions africaines).

.

6. Langage musical — Qu’est-ce que le rythme (ou tempo) ? C’est le mouvement. Coller une photocopie ; écrire « tempo » en dessous du titre ; écrire les termes manquants au tableau. Écrire, page 2.

7. Qu’est-ce que la dynamique ? C’est l’intensité et les nuances. Coller une photocopie ; écrire « intensité et nuances » en dessous du titre ; écrire les termes manquants au tableau. Écrire, page 3.

.

Entre le jour 1 et le jour 2

L’enseignant s’assure de la compréhension de l’élève et vérifie que la cueillette de l’information soit conforme aux attentes : tempo (page 2), intensité et nuances (page 3), réponses aux questions sur le tambour (page 5).

L’élève écrit un rêve en quelques lignes sur la page 6 du carnet de traces. Il entoure 4 ou 5 mots-clés. Parmi ces mots-clés, choisir deux mots qui riment ensemble. S’il n’y en a pas, changer un mot dans le texte de façon à obtenir au moins une rime.

.

Jour 2

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI :

– « La griffe de l’aigle » poème de Rita Mestokosho, poétesse innue

– « Sisina » poème de Charles Baudelaire (ou tout autre poème en alexandrin mis en musique)

.

– une version musicale du groupe Madrigaljam (version mp3).

Redonner à chaque élève son carnet de traces.

Distribuer à chaque élève une feuille de papier brouillon.

.

8. Présentation d’un poème de Rita Mestokosho « La griffe de l’aigle » et un autre de Charles Baudelaire (sur le TBI). Écouter une version musicale de « Sisina » poème de Charles Baudelaire du groupe Madrigaljam (mp3) où l’on a mis en musique des poèmes du recueil Les Fleurs du mal.

9. Ouvrir une discussion sur la poésie de ces deux poètes. L’élève repère des éléments connus et découvre ce qui le touche. Il relève les points suivants : les rimes et le rythme des mots. Pour plus de poèmes innus, voir : https://kwahiatonhk.com/

10. Sur une feuille de papier brouillon, écrire deux phrases sans compter les syllabes, mais qui se terminent par une rime. Par exemple : 

« Dans un rêve, j’ai reçu des plumes d’oiseau. Je trouvais que c’était un beau cadeau. »

11. Comment ajuster les phrases pour obtenir le nombre de syllabes (ou pied) désiré ? Utiliser les adjectifs qualificatifs, les conjonctions de subordination : que, comme, lorsque, puisque, quand, quoique et si ; les conjonctions de coordination : mais, ou, et, or, ni, car, soit, voire ; les interjections : Ah ! Ha ! Oh ! Ho ! Ô ! Eh ! Hé ! Compter les syllabes et ajuster la phrase afin d’obtenir deux phrases de 12 syllabes scindées en 6 syllabes, pages 7 et 8. Par exemple :

«  Je rêve et vois en songe les plumes d’un bel oiseau.

Mais quel présent, ces ailes ! Quel magnifique cadeau ! »

OPTIONNEL : refaire le même exercice avec deux autres mots-clés. Par exemple :

«  Elles sont de couleur sombre, voire d’un noir presque bleu.

Et pour lui rendre hommage, je lui offre mes yeux. »

Interchanger la 2e et la 3e phrase. Par exemple :

«  Je rêve et vois en songe les plumes d’un bel oiseau.

Elles sont de couleur sombre, voire d’un noir presque bleu.

Mais quel présent, ces ailes ! Quel magnifique cadeau !

Et pour lui rendre hommage, je lui offre mes yeux. »

13.  Qu’utilisaient les humains pour obtenir des sons avant de construire des instruments ? Des branches, des coquillages et des roches. Avant la parole, les tribus s’exprimaient à l’aide de sons et de gestes. Les sons d’animaux étaient très populaires et étaient reproduits le plus souvent avec la bouche (siffler comme un oiseau). Trouver des instruments de musique à partir d’objets trouvés dans le quotidien (ex. : placer des lentilles, du riz, des pois, des boutons dans un contenant de verre, une bouteille d’eau de plastique ou dans une boîte OU utiliser des baguettes sur un morceau de bois, de fer, ou de verre).

14. Qu’est-ce qu’une image mentale ? Écouter une pièce musicale du groupe MadrigalJam (sur le TBI). Dessiner une image mentale sur la page couverture du carnet de traces. Écrire au-dessus du dessin « Rêve » en langue innue « Puamun ». Voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words.

.

Entre le jour 2 et le jour 3

L’enseignant s’assure que les éléments suivants figurent dans les carnets de traces : le rêve en quelques lignes, mots-clés entourés (page 6), alexandrin (pages 7 et 8) image mentale et en langue innue Puamun (page couverture).

– L’élève termine son alexandrin, pages 7 et 8. Il choisit, entoure et écrit un terme de mouvement et un terme de dynamique parmi ceux proposés (voir, pages 2 et 3). Il apporte des instruments de musique à partir d’objets trouvés dans le quotidien (ex. : placer des lentilles, du riz, des pois, des boutons dans un contenant de verre, une bouteille d’eau de plastique ou dans une boîte.

.

– L’artiste place les alexandrins un à la suite de l’autre (poème collectif) et écrit le nom de l’élève en haut des vers de chacun.

Jour 3

PRÉPARATION

Imprimer le poème final (1/élève)

Placer le logiciel d’enregistrement à proximité et s’assurer de son bon fonctionnement.

Redonner à chaque élève son carnet de traces.

Distribuer à chaque élève une photocopie de leur poème.

.

15. Performance de l’artiste sur une guitare à 12 cordes— Chanter le poème (collectif).

.

16. Sur la photocopie du poème (à côté de son nom), écrire le terme de mouvement et celui de dynamique utilisés lors de sa prestation. Essai — Chanter (ou déclamer) son alexandrin. Optionnel : utiliser son instrument trouvé et tenir le rythme en même temps OU utiliser les percussions corporelles.

17. Enregistrement (tenir compte des silences et de la qualité du son) : discuter sur l’importance d’écouter les autres. À tour de rôle, chanter ou déclamer son alexandrin au rythme de la guitare.

18. Écoute de la création musicale.

.

CONCLUSION    

Réflexion et évaluation des mesures à prendre pour son développement personnel.

EXTENSIONS

1. Autoévaluation à partir d’une fiche.

.

2. Réaliser une exposition : écrire le titre et son alexandrin sur un papier régulier ; découper le texte et coller sur du papier fin ; fixer au mur. Écrire sur une carte le nom du projet, de l’enseignant.e ainsi que l’année en cours ; fixer en haut des réalisations.

Français, langue seconde

École St-Pierre Claver, Montréal, Qc. Classe de Zina Kessir, 5e– 6e année, 2021-2022

.

3. Écrire le poème (collectif) sur un grand carton ; dessiner les images mentales autour des alexandrins (voir pages couvertures des carnets de traces).  

GLOSSAIRE 

Alexandrin : est, en métrique classique, un vers composé (de 12 syllabes), formé de deux hémistiches (ou sous vers) de six syllabes chacun.

Culture : accumulation personnelle d’éléments qui guident (ou déterminent) le comportement d’un humain dans un environnement donné.

Djembé : instrument de percussion (de la famille des membranophones) originaire d’Afrique de l’Ouest, où plus précisément il serait apparu il y a environ 700 ans au Mali. Ils sont taillés en bois de longue, iroko, dugura, acajou, goni, djala, acacia, cola… en forme de calice. On les monte avec une peau rasée d’antilope, de chèvre, de vache et parfois même de chameau, maintenue au moyen de trois cercles en métal et tendue à l’aide de cordages. Un joueur de djembé est appelé djembéfola.

Intensité : degré d’activité, de force ou de puissance.

Instrument à percussion : tout instrument qui peut être frappé, gratté et pincé pour émettre un son.

Organisation rythmique : manière dont la musique se trouve structurée, agencée; la structure elle-même.

Tempo : est la vitesse de la pulsation. L’appareil qui indique le tempo est le métronome.

Terme de dynamique : intensité et nuances.

Termes de mouvements : tempo.

Vers : assemblage de mots, mesurés selon certaines règles (coupe, rime, etc.) rythmées d’après la quantité des syllabes, comme chez les Grecs et les Latins (vers métriques), d’après leur nombre, comme en France (vers syllabiques), ou d’après l’accentuation comme chez les Anglais et les Allemands (vers rythmiques).

.

.

CONTENU D’APPRENTISSAGEMINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC

À la fin de 3e cycle, l’élève doit pouvoir :

Explorer de nouveaux éléments littéraires à des fins d’utilisation ou d’appréciation : expressions, jeux de sonorités.

COMPÉTENCE 2 – Écrire des textes variés

Cheminement de l’élève : il accède à de nouvelles stratégies liées à son processus personnel d’écriture. Il enrichit ses connaissances en syntaxe de même qu’en orthographe d’usage […]. Il cerne de mieux en mieux sa démarche d’écriture, reconnaît les éléments qui favorisent la réussite de sa communication et se fixe de nouveaux défis à sa mesure.

Composante de la compétence – Explorer la variété des ressources de la langue écrite

Critères d’évaluation

  • Pertinence et suffisance des idées liées au sujet, à l’intention et au destinataire
  • Efficacité des stratégies de rédaction utilisées

Attentes de fin de cycle : pour personnaliser son message et préciser sa pensée, il utilise un vocabulaire précis, varié et évocateur et il recourt de façon adéquate à la syntaxe et à la ponctuation. Il orthographie correctement les mots usuels et les verbes utilisés dans leurs formes les plus fréquentes.

COMPÉTENCE TRANSVERSALE 4 – Mettre en œuvre sa pensée créatrice

Évolution de la compétence : il peut imaginer plusieurs voies pour chaque situation explorée et aime expérimenter de nouvelles combinaisons d’idées, de stratégies et de techniques.

Composante de la compétence – Adopter un fonctionnement souple : reprendre au besoin le processus, dans l’ordre ou le désordre, autant de fois que nécessaire pour atteindre son objectif ; exploiter de nouvelles idées ; faire le choix de nouvelles stratégies et techniques.

Critères d’évaluation

  • Diversité des possibilités de réalisation inventoriées
  • Originalité des liens entre les éléments
  • Dynamisme du processus

DOMAINE GÉNÉRAL DE FORMATION – Orientation et entrepreneuriat
Intention éducative
Offrir à l’élève des situations éducatives lui permettant d’entreprendre et de mener à terme des projets orientés vers la réalisation de soi et l’insertion dans la société.

Axe de développement – Conscience de soi, de son potentiel et de ses modes d’actualisation : connaissance de ses talents, de ses qualités, de ses intérêts et de ses aspirations personnelles et professionnelles ; sens du travail scolaire, goût du défi et sentiment de responsabilité face à ses succès et à ses échecs.

LIEN CULTUREL – Enseignement traditionnel – Joueur de tambour Production Manitu inc. Durée : 5 min 34 s.

LIENS ARTISTIQUES

La formation musicale, dans une perspective d’évolution continue tout le long du primaire, développe le sens auditif de l’élève, son potentiel créateur au regard du monde sonore et ses habiletés à s’exprimer et à communiquer par la musique.

À la fin du 3e cycle, l’élève doit pouvoir :

Utiliser des moyens sonores variés : corps, voix, objets sonores ou instruments de percussion de manipulation simple, auxquels s’ajoutent les instruments mélodiques

COMPÉTENCE 1 – Inventer des pièces vocales ou instrumentales

Cheminement de l’élève : à la suite d’expérimentations diversifiées, il exploite des éléments du langage musical et de techniques, des moyens sonores et des structures plus complexes. Ce faisant, il adapte de manière personnelle les idées de création qu’il a retenues au cours du développement de la proposition.

Composante de la compétence – Exploiter des moyens sonores, des éléments du langage musical et de techniques

Critère d’évaluation

  • Relation entre sa réalisation et la proposition de création

Attentes de fin de cycle : sa réalisation est guidée par des intérêts d’ordre social, affectif et cognitif. Elle démontre un rapport étroit entre les éléments du langage musical, les moyens sonores et les éléments de techniques exploités.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES INNUS

Par Anne-Marie André / Uashat, Qc

OBJECTIF GLOBAL
Les objectifs pédagogiques innus
consistent à susciter chez l’enfant la connaissance et le respect de son groupe ethnique, de son environnement et de ses traditions et favoriser la découverte des divers aspects de la vie innue d’hier et d’aujourd’hui.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX

2. Explorer l’environnement naturel des Innus

3. Apprendre les diverses traditions transmises par les Anciens

OBJECTIFS TERMINAUX

2.Nommer les éléments naturels au campement en forêt

2.5.1 Nommer les éléments naturels rencontrés au campement.

3.1 Trouver les valeurs transmises par les Anciens

3.1.1 À l’aide d’exemples simples tirés de la vie quotidienne, trouver les valeurs véhiculées par les Anciens.

Tous droits réservés © 2016 ETAPMANITU

.

Suivant
Précédant