ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE – ARTS VISUELS / Culture – Peinture – 2e cycle du primaire


LA LÉGENDE DE METSHU PAR LA COULEUR PROJET Créer un symbole inspiré d’une légende innue. MISHTA METSHU – Gouache sur papier aquarelle, 8,5 x 11 pouces. . 3e année, classe d’Ann-Chloé Beauchesne, école Mère-d’Youville, Port-Cartier (Québec), 2021-2022 . 3e année, classe de Linda-Ann Sonier, école Mère-d’Youville, Port-Cartier (Québec), 2021-2022 . Ce projet a été réalisé

LA LÉGENDE DE METSHU PAR LA COULEUR

PROJET

Créer un symbole inspiré d’une légende innue.

MISHTA METSHU – Gouache sur papier aquarelle, 8,5 x 11 pouces.

Suivant
Précédent

.

3e année, classe d’Ann-Chloé Beauchesne, école Mère-d’Youville, Port-Cartier (Québec), 2021-2022

.

3e année, classe de Linda-Ann Sonier, école Mère-d’Youville, Port-Cartier (Québec), 2021-2022

.

Ce projet a été réalisé en ligne :

4e année, classe de Dominic Beauchamp, école St-Pierre-Claver, Montréal (Québec), 2020-2021

.

Ce cours est similaire à celui donné en langues au 1er cycle.

LA LÉGENDE PAR LA COULEUR

.

MATÉRIEL

LE MATÉRIEL D’ART EST FOURNI PAR ETAPMANITU

1. Papier 11 x 17 po (1 par élève)

2. Crayon à mine, gomme à effacer, crayon-feutre noir (1 par élève)

3. Carton ou papier aquarelle 8,5 x 11 po (1 par élève)

4. Gouache : jaune, bleu, rouge

5. Gobelet et assiette (1 par élève)

6. Pinceaux (1 petit et 1 large par élève)

7. Plastique (recouvrir les tables) et papier brun (essuyer les pinceaux)

8. Tablier

.

LANGAGE PLASTIQUE

Couleurs pigmentaires primaires : jaune primaire, magenta, cyan

Couleurs pigmentaires secondaires : orangé, vert, violet

Formes : arrondie, angulaire

Organisation de l’espace : répétition, alternance

Outil : pinceau

Techniques : dessin, peinture

Tracer à main levée

.

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Vidéo sur le mode de vie innu – Enseignement traditionnel – Production Manitu inc.

Légende et maîtres des animauxDurée : 3 min 27 s.

.

.

Toile de l’artiste-peintre innu, Ernest Aness Dominique

.

.

Ernest Aness Dominique

.

.

.

.

.

.

Carnet de traces

*Bien qu’il y ait plusieurs valeurs et plusieurs mots-clés dans mon carnet de traces, les élèves n’en écrivent que trois.

.

.

Ce projet est financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

.

.

CONTENU DU CARNET DE TRACES

Les élèves fabriquent un carnet de traces de 8 pages et compilent les informations suivantes :

PAGE COUVERTURE : écrire son nom en bas, au centre ; dessiner le contour d’un élément choisi ; écrire le nom d’un objet ou d’un élément en haut, au centre, en langue innue. Voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words

Page 2 : écrire trois valeurs identifiées dans la vidéo.

Page 3 : écrire le nom des maîtres des animaux et de leurs alliés (alliés et guides).

Page 4 : suite de la page 3.

Page 5 : écrire les trois couleurs primaires et les trois couleurs secondaires ; entourer une couleur primaire et une couleur secondaire.

Page 6 : écrire et entourer trois mots-clés.

Page 7 : dessiner un symbole pour chaque mot-clé.

Page 8 : écrire une émotion pour chaque symbole.

Réalisation d’un carnet de traces

.

.

ÉTAPES DU COURS

Jour 1

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI (tableau blanc interactif) la vidéo sur le mode de vie innu pour le visionnement.

Distribuer à chaque élève un papier de 11 x 17 pouces.

.

1. Présenter l’artiste et le projet. Qui sont les Innus ? Ils ne sont ni des Montagnais ni des Indiens, ni des Amérindiens. Ceux qui étaient ici avant nous, ce sont les Innus, terme qui signifie « être humain » en français.

2. Visionner la vidéo sur le mode de vie des Innus Légende et maîtres des animaux  Production Manitu inc. Durée : 3 min 27 s.

3. L’élève réalise un carnet de traces en manipulant et en pliant un papier de 11 x 17 pouces, en 8 carrés égaux. Il repère la page couverture et écrit son nom au bas de la page. Il numérote ensuite les pages de 2 à 8 dans les coins extérieurs.

4. Qu’est-ce que la culture ? C’est l’accumulation personnelle d’éléments qui guident (ou déterminent) le comportement d’un humain dans un environnement donné. Trouver et écrire au tableau les mots-clés reliés à la vidéo. Choisir et écrire trois mots ou groupe de mots (p. ex. : aigle géant, sons de tambour et étoiles), page 6.

.

5. Que signifie « tracer à main levée » ? C’est une technique de dessin qui se réalise à la main, sans outil de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas. Qu’est-ce qu’un symbole ? C’est un concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général (p. ex. : la lettre « M » de McDonald). Dessiner au tableau un symbole pour chaque mot-clé (p. ex. : un aigle et/ou une plume, un tambour, une étoile). Dessiner des symboles, page 7.

.

Entre le jour 1 et le jour 2

L’enseignant s’assure de la compréhension de l’élève et vérifie que la collecte de l’information est conforme aux attentes : trois mots-clés (page 6), symboles (page 7).

Jour 2

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI le tableau des couleurs primaires et secondaires.

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces.

Distribuer à chaque élève un crayon-feutre noir.

.

6. Qui sont les maîtres des animaux selon la culture innue ? Ce sont des guides qui font partie intégrante des traditions transmises par les Anciens. Écrire au tableau : Papakassikest le maître des animaux terrestres, Ushuapeu est celui des animaux volants et Missinaku, celui des animaux aquatiques. Écrire, pages 3 et 4. *Notez que l’ours est son propre maître.

.

7. Ouvrir une discussion sur les animaux et leur habitat naturel : les changements ont-ils des effets sur leur façon de vivre ? Pourquoi ? Ouvrir une discussion sur les valeurs qui permettent de vivre avec la nature. Écrire au tableau sept ou huit valeurs (p. ex. : entraide, respect, partage). Écrire le mot « valeurs » en haut de la page 2. Choisir et écrire trois valeurs.

.

8. Écrire au tableauQuelles sont les émotions reliées aux mots-clés ? Par exemple : un aigle (ou une plume), un tambour, une étoile. Trouver et écrire les émotions (personnelles) reliées aux symboles de la page 7 à la page 8.

.

9. Consulter le tableau des couleurs primaires et secondaires (sur le TBI). Quelles sont les trois couleurs primaires ? Jaune, cyan (bleu) et magenta (rouge). Et les trois couleurs secondaires ? Vert, orangé, violet. Écrire à la page 5. Entourer une des trois couleurs primaires.

10. Comment trouver les couleurs qui ont le plus d’impact lorsqu’elles sont placées côte à côte ? Par exemple : prenons le magenta (rouge). Quelles sont les deux autres couleurs ? Le jaune et le cyan (bleu). Quand on les mélange, on obtient du vert. Le vert est donc la couleur complémentaire du magenta. Entourer une des trois couleurs secondaires .

.

Entre le jour 2 et le jour 3

L’enseignant s’assure que les éléments suivants figurent dans les carnets de traces : trois valeurs (page 2), trois maîtres des animaux et leurs alliés (pages 3 et 4), trois couleurs primaires et trois couleurs secondaires, deux couleurs entourées (page 5), trois émotions (page 8).

L’élève choisit et dessine un des trois symboles sur sa page couverture, au crayon à mine d’abord et retrace les lignes de contour au crayon-feutre noir. Il trace un rectangle au crayon à mine, plus petit que le symbole. Ne pas retracer le rectangle au crayon-feutre noir. Ajouter les deux couleurs. Utiliser des crayons-feutres pour améliorer l’effet. (Pour éviter de laisser des tâches, toujours placer un papier sous le dessin.)

Il est important de terminer la page couverture afin d’être en mesure de réussir son projet.

Trouver ensemble les mots-clés en langue innue et écrire le sien sur sa page couverture, en haut du dessin (aigle/Metshu– grand aigle/Mishta Mitshishu, plume/mikun, tambour/teueikan, étoile/utshekataku, eau/nipi, loutre/nitshuku), voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words.

Jour 3

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI une toile de l’artiste-peintre innu, Ernest Aness Dominique pour appréciation.

.

Bien que la gouache soit une peinture à l’eau, il vaut mieux recouvrir les tables.

Placer sur une table les trois couleurs primaires et les assiettes (1 par élève) ; bien agiter les contenants avant d’ouvrir ; verser une petite quantité de chaque couleur dans une assiette (1/élève), laisser autant d’espace que possible entre les couleurs ; redistribuer des couleurs aux élèves pendant le cours, si nécessaire.

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces.

Distribuer à chaque élève :

– deux pinceaux (un grand et un petit)

– un morceau de papier brun

– un gobelet d’eau

– un papier aquarelle 8,5 x 11 po

– une assiette contenant les trois couleurs primaires

– un crayon-feutre noir

– un tablier.

.

11. Récapitulation — Qui sont les maîtres des animaux ? Papakassiku – maître des animaux terrestres, Ushuapeu – maître des animaux volants, Missinaku – maître des animaux aquatiques.

12. Appréciation d’une toile de l’artiste innu Ernest Aness Dominique. L’élève repère des éléments connus et découvre ce qui le touche. Il relève les points suivants : couleurs primaires et secondaires.

13. Démonstration — Dessiner son symbole au crayon-feutre noir sur du papier aquarelle. Dessiner librement : faire des gestes larges et prendre toute la surface de la feuille. Tracer un rectangle à main levée, au crayon à mine (voir la page couverture).

.

14. Qu’est-ce qu’un aplat ? En peinture, imprimerie, et arts graphiques, c’est ce qui désigne une surface de couleur uniforme (de même nuance et même puissance). Démonstration — Appliquer la couleur primaire à l’intérieur du symbole. Mélanger les deux autres couleurs et appliquer la couleur secondaire à l’extérieur du symbole, mais à l’intérieur du rectangle. Placer et déplacer le papier de façon à être à l’aise en tout temps.

.

Placer un papier entre chaque réalisation et laisser reposer sous un poids lourd afin que la surface soit lisse et sans ondulation.

Nettoyer les pinceaux — Essuyer d’abord le surplus de peinture sur du papier ou sur un linge humide. Au-dessus d’un évier, verser du savon à vaisselle sur les pointes et frotter vigoureusement dans la paume de la main, rincer ensuite sous l’eau chaude. Recommencer jusqu’à ce que l’eau soit claire. Essorer et laisser sécher. (Pour que les poils retrouvent leur souplesse, laissez un peu de savon sur les pointes.)

.

15. Retracer les lignes de contour au crayon-feutre noir (ne pas retracer le rectangle) et signer à l’extérieur du rectangle, en bas, à droite.

16. Optionnel : discuter sur l’importance d’écouter les autres. Présentation orale et visuelle de sa composition devant ses pairs.

.

CONCLUSION 

Réflexion et évaluation des mesures à prendre pour respecter les besoins des êtres humains et d’autres êtres vivants et prendre soin de son environnement.

EXTENSIONS

1. Autoévaluation à partir d’une fiche.

.

2. Fabriquer un jeu de mémoire : imprimer en double chaque image. Étaler les images face contre table et trouver une paire d’images. Énoncer le mot relié au symbole et rejouer, sinon c’est à l’autre de jouer. Le gagnant est celui qui a obtenu le nombre le plus élevé d’images.

3. Réaliser une exposition : fixer au mur.

3e année, classe d’Ann-Chloé Beauchesne, école Mère-d’Youville, Port-Cartier (Québec), 2021-2022

.

3e année, classe de Linda-Ann Sonier, école Mère-d’Youville, Port-Cartier (Québec), 2021-2022

.

OU écrire le titre sur une carte (choisir entre une émotion ou tout autre mot relié au symbole, voir les pages 6, 7 et 8 du carnet de traces) ; ajouter le prénom et le nom de l’élève ainsi que l’année scolaire (on peut ajouter le numéro de groupe) ; fixer sous chaque réalisation.

.

Ici, les inscriptions sous les réalisations n’y sont qu’à titre visuel.

4e année, classe de Dominic Beauchamp, école St-Pierre-Claver, Montréal (Québec), 2020-2021

.

GLOSSAIRE

Un aplat (ou à-plat) : en peinture, imprimerie, et arts graphiques, désigne une surface de couleur uniforme (de même nuance et même puissance).

Culture : accumulation personnelle d’éléments qui guident (ou déterminent) le comportement d’un humain dans un environnement donné.

Forme : agencement des structures.

Symbole : concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général ; l’association faite par la pensée est déclenchée à partir des sens humains percevant quelque chose.

Tracer à main levée : technique de dessin qui se réalise à la main, sans outil de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas.

.

.

CONTENU D’APPRENTISSAGEMINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC

Repères culturels : permettent de s’ouvrir au monde, d’enrichir le bagage culturel et d’approfondir la connaissance de la diversité.

La diversité des relations d’interdépendance : l’être humain, un être interdépendant qui a besoin des autres êtres vivants.

À la fin du 2e cycle, l’élève doit pouvoir :

Être conscient que tous les êtres vivants ont des besoins, qu’il existe une interdépendance entre les personnes et les autres êtres vivants, et que chaque être humain est unique

COMPÉTENCE 1 – Réfléchir sur des questions éthiques

Cheminement de l’élève : il s’attarde aux réponses apportées par divers groupes d’appartenance aux besoins des êtres humains et il élargit sa compréhension des valeurs et des normes reliées aux exigences de la vie de groupe.

Composante de la compétence – Cerner une situation d’un point de vue éthique : décrire et mettre en contexte la situation ; formuler une question éthique s’y rapportant.

Critère d’évaluation

  • Évaluation d’options ou d’actions possibles pour reconnaître celles qui favorisent le vivre-ensemble

Attentes de fin de cycle : il nomme des comportements ou des attitudes qui contribuent ou nuisent à la vie de groupe. Il reconnaît ses besoins et nomme ses responsabilités à l’égard des autres. Il considère certaines options ou actions possibles et en reconnaît des effets sur lui et sur les autres.

COMPÉTENCE TRANSVERSALE 3 – Exercer son jugement critique

Évolution de la compétence : devenu plus attentif aux faits, il est davantage capable d’établir des liens entre eux et de juger de leurs conséquences pour lui et pour les autres.

Composante de la compétence – Construire son opinion : cerner la question, l’objet de réflexion; en apprécier les enjeux sur le plan logique, éthique ou esthétique.

Critère d’évaluation

  • Pertinence des critères d’appréciation

DOMAINE GÉNÉRAL DE FORMATION – Environnement et consommation
Intention éducative
Amener l’élève à entretenir un rapport dynamique avec son milieu, tout en gardant une distance critique à l’égard de l’exploitation de l’environnement, du développement technologique et des biens de consommation.

Axe de développement – Présence à son milieu : sensibilité à l’environnement naturel et humain.

LIEN CULTUREL – Enseignement traditionnel Légende et maîtres des animaux – Production Manitu inc. Durée : 3 min 27 s.

LIENS ARTISTIQUES

La formation en arts plastiques alphabétise visuellement l’élève, développe son potentiel créateur au regard du monde visuel et ses habiletés à symboliser, à exprimer et à communiquer par le biais de l’image.

À la fin du 2e cycle, l’élève doit pouvoir :

Tracer à main levée (crayon-feutre).

Appliquer un pigment coloré en aplat (gouache).

COMPÉTENCE 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Cheminement de l’élève : il apprend à utiliser chacune des étapes de la démarche de création.

Composante de la compétence – Organiser les éléments résultant de ses choix

Critère d’évaluation

  • Utilisation pertinente de gestes transformateurs spontanés et précis

Attentes de fin de cycle : sa réalisation résulte de gestes spontanés et précis, d’une utilisation pertinente du langage plastique et d’une organisation cohérente des éléments qui la composent.

COMPÉTENCE 3 – Apprécier des œuvres d’art, des objets culturels du patrimoine artistique, des images médiatiques, ses réalisations et celles de ses camarades

Cheminement de l’élève : il découvre des œuvres qui révèlent des traces socioculturelles de la période artistique qui les a vues naître. Ces découvertes contribuent à enrichir son observation et lui permettent d’étayer davantage son appréciation et de s’ouvrir à la diversité culturelle.

Composante de la compétence – Examiner une œuvre d’art, un objet culturel du patrimoine artistique ou une image médiatique au regard d’aspects socioculturels

Critère d’évaluation

  • Établissement de liens entre un ou des extraits d’œuvres et des traces d’ordre socioculturel

Attentes de fin de cycle : son propos contient des considérations d’ordre plastique, personnel et parfois socioculturel. Ces considérations sont liées aux critères d’appréciation et appuient la décision retenue.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES INNUS

Par Anne-Marie André, Uashat (Québec)

OBJECTIF GLOBAL

Les objectifs pédagogiques innus consistent à susciter chez l’enfant la connaissance et le respect de son groupe ethnique, de son environnement et de ses traditions et à favoriser la découverte des divers aspects de la vie innue d’hier et d’aujourd’hui.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX

2. Explorer l’environnement naturel des Innus

3. Apprendre les diverses traditions transmises par les Anciens

OBJECTIFS TERMINAUX

2.5 Nommer les éléments naturels au campement en forêt

2.5.6 Stimuler l’enfant à exprimer ses sentiments envers la nature qui l’entoure.

3.4 Se familiariser avec les légendes innues

3.4.1 Prendre connaissance d’une légende ayant trait à la vie d’un animal en forêt.

Tous droits réservés © 2016 ETAPMANITU

.

Suivant
Précédent