UNIVERS SOCIAL – ARTS VISUELS / Peintures rupestres – Pochoir – 1er cycle du SECONDAIRE


LE COLLECTIF PAR LES SYMBOLES PROJET Réaliser un collectif au pochoir inspirer des peintures rupestres du site Nisula. PARTAGE – Pochoir sur carton, 5 x 7 pouces . MIS EN VALEUR – Encre de Chine sur carton 24 x 40 pouces Détail École Jean-du-Nord, Sept-Îles, Qc. Classe de Camille Deschênes-Côté, 7e année, 2017-2018 . MATÉRIEL

LE COLLECTIF PAR LES SYMBOLES

PROJET

Réaliser un collectif au pochoir inspirer des peintures rupestres du site Nisula.

PARTAGE – Pochoir sur carton, 5 x 7 pouces

.

MIS EN VALEUR – Encre de Chine sur carton 24 x 40 pouces

Détail

École Jean-du-Nord, Sept-Îles, Qc. Classe de Camille Deschênes-Côté, 7e année, 2017-2018

.

MATÉRIEL

LE MATÉRIEL D’ART EST FOURNI PAR ETAPMANITU

1. Papier 11 x 17 pouces 

2. Crayon mine, gomme à effacer et crayon feutre noir

3. Trois grands cartons blancs : deux de 24 x 10 pouces et un 24 x 20 pouces

4. Petit carré de carton 5 x 7 pouces (fabrication du pochoir) (1/élève)

5. Encre de Chine, trois assiettes et trois pinceaux à pochoir (1/table)

7. Objets divers : éponge, peigne, ustensile, brosse à dents, etc.

8. Papier brun (essais)

9. Plastique (recouvrir les tables)

10. Ciseaux (exacto)

.

LANGAGE PLASTIQUE           

Forme : figurative, abstraite

Ligne : dessinée, peinte

Motifs : variés

Organisation de l’espace : juxtaposition, superposition, répétition

Technique : dessin, pochoir

.

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Vidéo sur le mode de vie innu – Enseignement traditionnel – Production Manitu inc.

Peinture rupestre Durée : 7 min 9 s.

.

.

Photocopie d’une oeuvre autochtone

Laura Ortman

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Fiche d’auto évaluation

.

.

Carnet de traces

.

.

Ce projet est financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

.

.

.

CONTENU DU CARNET DE TRACES

Les élèves fabriquent un carnet de traces de 8 pages et compilent les informations suivantes :

PAGE COUVERTURE : tracer un carrée à main levée et dessiner un symbole à l’intérieur, dessiner des motifs en bordure et écrire son nom en bas au centre.

 Page 2 : écrire cinq mots.

Page 3 : dessiner les symboles correspondants à ses cinq mots.

 Page 4 : dessiner cinq à six motifs.

 Page 5 : suite de la page 4.

Page 6 : choisir et écrire un mot parmi tous ceux vus et/ou entendus en classe et écrire la traduction en langue innue. Voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words

Page 7 : dessiner quatre à six esquisses de symboles (pour illustrer le mot choisi).

Page 8 : suite de la page 7.

Réalisation d’un carnet de traces


ÉTAPES DU COURS

Jour 1

1. Présentation de l’artiste et du projet. Qu’est-ce que le site Nisula ? Le seul site d’art rupestre de tout l’est du Québec.

2. Réaliser un carnet de traces en manipulant et en pliant un papier 11 x 17 pouces en 8 carrés égaux. Repérer la page couverture et écrire son nom au bas de la page. Ensuite, numéroter les pages de 2 à 8 dans les coins extérieurs.

3. Visionner la vidéo sur le mode de vie des Innus Peinture rupestre Production Manitu inc. Durée : 7 min 9 s. Interroger les réalités sociales dans une perspective historique. Quels mots ou quels émotions viennent à l’esprit après avoir visionné la vidéo ? Écrire une liste de mots au tableau.

4. Choisir cinq mots, écrire dans son carnet de traces, page 2.

5. Qu’est-ce qu’un symbole ? Un concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général (ex. : le M de McDonald). Pour chaque mot énoncé, trouver ensemble et dessiner au tableau, un symbole pour chaque mot (ex. : l’amour/le cœur). Tracer à main levée : l’élève dessine les symboles correspondants à ses cinq mots, page 3.

.

6. Dessiner plusieurs motifs au crayon et retracer au crayon feutre noir, pages 4 et 5.

.

Entre le jour 1 et le jour 2

L’enseignant s’assure que les éléments sont présents dans le carnet de traces : les cinq mots choisis et les symboles correspondants (pages 2 et 3), les motifs (pages 4 et 5).

Jour 2

7. Appréciation d’une oeuvre de Laura Ortman. Repérer des éléments connus et découvrir ce qui émeut. Relever les points suivants : les motifs et les symboles.

8. Trouver ensemble et écrire au tableau, les mots qui nous viennent à l’esprit pour chaque symbole repéré. Choisir et écrire un mot (lettres majuscules), parmi tous ceux vus et/ou entendus en classe (ex. : PARTAGE) et écrire le mot en langue innue ainsi que la signification précise de ce mot, page 6. Voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words

.

9. Explorer différentes façon de traduire ses idées de création en images : dessiner plusieurs symboles pour illustrer ce mot, pages 7 et 8.

.

10. Tracer un carrée (ou un rectangle) à main levée, sur la page couverture de son carnet de traces. Choisir un symbole ou en crée un nouveau, le reproduire au crayon mine à l’intérieur du carré.

11. Qu’est-ce que le pointillisme ? Une technique de peinture consistant à peindre par points de tons purs juxtaposés ; action de pointiller. Noircir l’intérieur du symbole au crayon feutre noir, en utilisant la technique apprise (sans les lignes de contour).

12. Choisir et dessiner un motif à l’extérieur et en bordure au crayon mine et un autre (partiel) sur la ligne de contour du carré. Retracer au crayon feutre noir. (Pour éviter les taches, placer une feuille entre la page couverture et la page 2.) Effacer la ligne de contour préalablement tracée au crayon mine.

.

13. Discuter sur l’importance d’écouter les autres. Voter et choisir ensemble trois symboles parmi tous ceux crées par le groupe. Celui qui a le plus de votes dessine son symbole au centre d’un grand carton blanc et les deux autres, sur deux autres cartons de moindre grandeur.

14. Placer les trois cartons à plat, de façon à faciliter l’accès au groupe. Diviser la classe en trois groupes. Pointiller les lignes de contour au crayon feutre noir. Effacer les traits de crayon mine lorsque toutes les lignes ont été pointillées.

.

Entre le jour 2 et le jour 3

L’enseignant s’assure que les éléments sont présents dans le carnet de traces : un mot parmi tous ceux vus et/ou entendus en classe (page 6), quatre à six symboles (pages 7 et 8), un symbole (final), l’intérieur du symbole est en pointillé (page couverture).

Jour 3

PRÉPARATION

L’encre de Chine tache, il vaut mieux recouvrir trois grandes tables et y déposer les éléments suivants :

encre de Chine : bien secouer le contenant avant d’ouvrir, verser une petite quantité dans une assiette (1/table)

eau : verser une petite quantité dans une assiette (1/table)

papier brun (essais)

pinceau à pochoir (1/table)

grand carton blanc (1/table)

objets divers : éponge, peigne, ustensile, brosse à dents, etc.

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces ainsi que :

– un crayon feutre noir

– un petit carré de carton 5 x 7 pouces (fabrication du pochoir)

– des ciseaux (ou exacto)

.

15. Qu’est ce qu’un pochoir ? Une technique d’impression qui permet de reproduire plusieurs fois des caractères ou des montons sur plusieurs supports. Démonstration : comment styliser un dessin et réaliser un pochoir. Retracer son symbole (page couverture) sur un morceau de carton au crayon mine d’abord et en stylisant son dessin, retracer au crayon feutre noir. À l’aide d’un ciseau (exacto), découper l’intérieur du symbole. Découper sur les lignes de contour. Placer le pochoir sur un fond noir. ATTENTION : seuls les espaces négatifs (détachés) seront imprimés.

.

16. Démonstration : réaliser une impression au pochoir. Appliquer un pigment (encre de Chine) ; utiliser une éponge (ou une pinceau large) et enduire d’encre de Chine. Réaliser des pochoirs sur du papier brun ou du carton recyclé, jusqu’à la maîtrise de la technique.

17. Réaliser des impressions au pochoir à l’intérieur des lignes de contour du symbole principal (milieu). Utiliser la technique apprise en respectant son groupe. Éviter de traverser les lignes de contour.

.

18. Ajouter des pochoirs de façon à rehausser l’image et mettre en valeur les symboles principaux. Lorsque l’encre de Chine est sèche, effacer tous les traits de crayon mine.

19. Dessiner des motifs au crayon feutre noir (bordure) afin d’encadrer les trois symboles principaux.

.

CONCLUSION

Réflexions et évaluation envisager des stratégies menant à l’harmonie et aux mesures à prendre pour vivre ensemble. 

EXTENSIONS

1. Autoévaluation à partir d’une fiche.

2. Utiliser un pastel sec de couleur ocre pour donner une patine rupestre : gratter du pastel sec à l’aide d’un couteau sur la surface de la réalisation, beaucoup à certains endroits et moins à d’autres, de façon à créer une surface d’aspect ancien.

3. Sur une bande de carton (largeur du symbole), écrire la signification de chaque symbole au crayon mine, (en langue innue en bas et en français en haut ou vice-versa) et dessiner des motifs sur les lettres, au crayon feutre noir.

4. Fabriquer un jeu de mémoire en utilisant les symboles : photocopier en double chaque symbole et trouver les paires. Lorsque l’élève trouve une paire d’images, il doit donner sa signification, ainsi que le nom en langue innue, pour rejouer. S’il ne la connait pas, il garde la paire d’images, mais c’est à l’autre de jouer. S’il la connaît, il rejoue. Le gagnant est celui qui a obtenu le nombre le plus élevé d’images.

GLOSSAIRE

Art rupestre désigne l’ensemble des œuvres d’art au sens large (sans appréciation esthétique) réalisées par l’Homme sur des rochers, le plus souvent en plein air.

Culture comportement d’un humain dans un environnement déterminé.

Forme agencement des structures.

Pochoir technique d’impression qui permet de reproduire plusieurs fois des caractères ou des montons sur plusieurs supports.

Pointillisme technique de peinture consistant à peindre par points de tons purs juxtaposés.

Sédentarisation établissement fixe d’un regroupement humain sur un territoire.

Symbole concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général ; l’association faite par la pensée est déclenchée à partir des sens humains percevant quelque chose.

Tracer à main levée technique de dessins qui se réalise à la main, sans ustensile de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas.

Site Nisula seul site d’art rupestre de tout l’est du Québec.

.

.

CONTENU DE FORMATIONMINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC

À la fin du 1er cycle, l’élève doit pouvoir :

Sur le plan de la profondeur du questionnement : prendre en considération la complexité de réalité sociale

COMPÉTENCE 1 Interroger les réalités sociales dans une perspective historique

Cheminement de l’élève : il interroge les réalités sociales dans une perspective historique et développe un savoir-agir qui lui permet de considérer la vie en société avec le regard d’un citoyen éclairé.

Composante de la compétence – Se tourner vers le passé des réalités sociales : se préoccuper des croyances, des attitudes et des valeurs de l’époque

Critères d’évaluation

  • Profondeur du questionnement
  • Montre de la rigueur dans l’établissement des faits
  • Se réfère à des concepts

Attentes de fin de cycle : sur le plan de la mobilisation de ses savoirs historiques, l’élève tient compte de son questionnement.

COMPÉTENCE TRANSVERSALE 7 – Actualiser son potentiel

Évolution de la compétence : il est appelé à prendre davantage conscience de ses caractéristiques personnelles, de ses divers liens d’appartenance et de l’influence qu’ils exercent sur ses comportements, ses attitudes et ses valeurs.

Composante de la compétence – Prendre sa place parmi les autres : percevoir l’influence des autres sur ses valeurs et ses choix

Critères d’évaluation

  • Expression de ses sentiments, de ses valeurs et de ses opinions dans des situations d’interaction

DOMAINE DE L’UNIVERS SOCIAL

Démarche de recherche : prendre conscience d’un problème – envisager des stratégies de recherche menant à une solution

Une réalité sociale du présent : objet de conscientisation – les premières nations

Objet de conscientisation : les premières nations (à définir par l’enseignant)

DOMAINE GÉNÉRAUX DE FORMATION – Vivre ensemble et citoyenneté
Intention éducative
Intention éducative Amener l’élève à participer à la vie démocratique de l’école et à développer une attitude d’ouverture sur le monde et de respect de la diversité.

Axe de développement – Contribution à la culture de la paix

  • Conséquences négatives des stéréotypes et autres formes de discrimination ou d’exclusion
  • Sensibilité aux situations de coopération et d’agression

LIEN CULTUREL – Ouverture sur la vidéo – Enseignement traditionnel – Peinture rupestre Production Manitu inc. Durée : 7 min 9 s.

LIENS ARTISTIQUES

La formation en arts plastiques alphabétise visuellement l’élève, développe son potentiel créateur au regard du monde visuel et ses habiletés à symboliser, à exprimer et à communiquer par le biais de l’image.

À la fin du 1er cycle, l’élève doit pouvoir :

Tracer à main levée.

Appliquer un pigment à la tache (encre).

Utiliser des objets divers (éponge, peigne, ustensile, brosse à dents, etc.).

COMPÉTENCE 1 – Réaliser des créations plastiques personnelles

Cheminement de l’élève : il fait de fréquents retours réflexifs sur son expérience, à partir des traces qu’il a consignées pour témoigner de son cheminement dans la dynamique de création. Il peut ainsi cerner les apprentissages qu’il a effectués et les stratégies qu’il a utilisées pour y arriver.

Composante de la compétence – Exploiter des idées en vue d’une création plastique : explorer différentes façon de traduire ses idées de création en images

Critères d’évaluation

  • Cohérence entre la proposition de création, le développement des idées, le processus d’élaboration et le résultat sa création

Attentes de fin de cycle : il exploite la dynamique de création de façon consciente et, la plupart du temps, autonome. Ses réalisations témoignent d’un souci d’authenticité et d’une recherche d’originalité et d’expressivité.

Composante de la compétence – Analyser une œuvre ou une réalisation : s’imprégner de l’œuvre ou de la réalisation et y repérer des éléments matériels et langagiers ; dégager des éléments signifiants à partir de critères variés

Cheminement de l’élève : il est invité à s’en imprégner et à porter attention à ses réactions émotives et esthétiques. Il en repère les éléments et en dégage la structure en tenant compte du contexte historique. Il relève certains éléments expressifs ou symboliques qui lui paraissent significatifs et il les met en relation avec l’effet que l’oeuvre a produit sur lui.

Critères d’évaluation

  • Présence d’éléments personnels dans son interprétation

Attentes de fin de cycle : il prend en considération des aspects relatifs aux qualités expressives et symboliques de l’œuvre ainsi que le contexte dans lequel elle a été réalisée. Il utilise un vocabulaire approprié pour décrire et commenter son expérience d’appréciation et faire ressortir les apprentissages qu’il a effectués ainsi que les stratégies et les moyens qu’il a utilisés.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES INNUS

Par Anne-Marie André / Uashat, Qc

OBJECTIF GLOBAL Les objectifs pédagogiques innus veulent susciter chez l’enfant la connaissance et le respect de son groupe ethnique, de son environnement et de ses traditions et favoriser la découverte des divers aspects de la vie innue d’hier et d’aujourd’hui.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX

1. Connaître et respecter son groupe ethnique

OBJECTIFS TERMINAUX

1.8 Trouver des moyens de respecter son groupe

1.8.1 Décrire une situation de respect envers son groupe.

Tous droits réservés © 2016 ETAPMANITU

.

Réalisations
Précédant

.