LANGUES – ARTS VISUELS / Anglais – Peinture / Collage – 2e cycle du SECONDAIRE

L’OBNL PAR LE LOGO

PROJET

Réaliser un logo représentant un OBNL fictif, sur le thème des océans.

WAIL – Gouache, écorce et sable sur carton, 8 ½ x 11 pouces

.

École Jean-du-Nord, Sept-Îles, Qc. Classe de Tracy Robinson, 2e cycle du secondaire, 2019-2020

.

MATÉRIEL

LE MATÉRIEL D’ART EST FOURNI PAR ETAPMANITU

1. Papier 11 x 17 pouces (1/élève)

2. Crayon mine, gomme à effacer et crayon feutre noir

3. Carton rigide blanc 8 ½ x 11 pouces (1/élève)

4. Gouache : bleu, noir et blanc

5. Gobelets, assiettes

6. Colle blanche, petit bâton (application)

7. Trois gros pinceaux

8. Chiffons (essuie-tout ou papier brun)

9. Sable (blanc et noir) et bouts d’écorce

.

LANGAGE PLASTIQUE

Couleur pigmentaire : couleurs primaires (jaune primaire, magenta, cyan) secondaires (orangé, vert, violet)

Forme : figurative

Ligne : dessinée, peinte, courbe, droite

Motifs : variés

Organisation de l’espace : superposition

Texture : réelles, représentée

Volume : réel, suggéré

.

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Vidéo sur le mode de vie innu – Enseignement traditionnel – Production Manitu inc.

Capitaine Lévis RossDurée : 4 min 52 s.

.

TRANSCRIPTION

.

.

ANIMAUX MARINS

.

.

.

.

Fiche d’auto évaluation

Page 1 de 4

.

.

Carnet de traces

.

.

Ce projet est financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

.

.

CONTENU DU CARNET DE TRACES

Les élèves fabriquent un carnet de traces de 8 pages et compilent les informations suivantes :

PAGE COUVERTURE : tracer un carré à main levée, dessiner un logo à l’intérieur du carré ; écrire son nom en bas au centre ; écrire le nom d’un organisme (fictif) en haut, au centre ; écrire le nom de l’être vivant marin en langue innue, en bas au centre (au-dessus du nom de l’élève, voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words.

Page 2 : choisir et écrire le nom d’un être vivant dans l’océan ; écrire trois actions pouvant promouvoir à l’amélioration des êtres vivants marins ; ajouter les actions de son partenaire.

Page 3 : écrire une liste de noms d’organismes populaires dont la mission est de la protection de l’environnement.

Page 4 : écrire quelques lignes pour expliquer sa mission.

Page 5 : écrire la définition du blanc et du noir ainsi que le nom des couleurs primaires et secondaires.

Page 6 : dessiner plusieurs motifs ayant un lien avec la mer.

Page 7 : dessiner deux à trois croquis (logos de l’organisme fictif).

Page 8 : suite de la page 7.

Réalisation d’un carnet de traces

.

.

ÉTAPES DU COURS

Jour 1

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI :

– la vidéo sur le mode de vie innu pour le visionnement ;

SEA CREATURES IN INNU pour consultation ;

.

Donner à chaque élève :

– un papier 11 x 17 pouces.

.

1. Présentation de l’artiste et du projet. Qu’est-ce qu’un logo ? Une composition figurée servant à identifier visuellement quelqu’un ou quelque chose.

2. Visionner la vidéo sur le mode de vie des Innus Capitaine Lévis Ross — Production Manitu inc. Durée : 4 min 44 s. Immerses self in social context/world of the topic. Quels mots ou quels émotions viennent à l’esprit après avoir visionné la vidéo ? Questions ?

3. Réaliser un carnet de traces en manipulant et en pliant un papier 11 x 17 pouces en 8 carrés égaux. Repérer la page couverture et écrire son nom au bas de la page. Ensuite, numéroter les pages de 2 à 8 dans les coins extérieurs.

5. Écrire une liste au tableau – Quels-sont les êtres vivants qui habitent l’océan ? Answer the question : What? Choisir et écrire dans son carnet de traces, le nom d’un être vivant dans l’océan, page 2.

5. Qu’est-ce qu’un OBNL ? Un organisme à but non-lucratifAnswer the question: Who? Écrire une liste de noms d’organismes populaires au tableau, dont la mission est la protection de l’environnement, e.g., WWF, Greenpeace, David Suzuki, etc. Écrire la liste, page 3.

6. Qu’est-ce qu’un logo ? Pour chaque organisme, trouver ensemble et dessiner un logo au tableau (ex. : Greenpeace : le sigle de la paix).

7. How? En équipe de deux, trouver et écrire trois actions chacun pouvant promouvoir à l’amélioration des êtres vivants marins, e.g., whales: clean-up operation, ocean diversity protection, raising awareness campaign in schools, etc. page 2. Answer the questions: when, why and how often? Ajouter les actions de son partenaire, si elles diffèrent.

8. Consulter le document SEA CREATURES IN INNU (sur le TBI) ou visiter : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words. Écrire le nom de l’être vivant choisi en langue innue, en haut de la page couverture du carnet de traces (ex. : baleine/ Mishtameku).

Entre le jour 1 et le jour 2

L’enseignant s’assure de la compréhension de l’élève et vérifie que la cueillette d’information soit conforme aux attentes : un être vivant dans l’océan et trois actions (page 2), liste de noms d’organismes populaires (page 3).

En équipe de deux, les élèves se documentent par le biais de l’internet sur les organismes qui ont pour mission de protéger l’environnement et ses habitants. Ils se réfèrent à un organisme pour trouver leur mission, page 4, e.g., WWF’s mission is to stop the degradation of our planet’s natural environment, and build a future in which humans live in harmony with nature. In order to achieve this mission, WWF focuses its efforts on Biodiversity.

Jour 2

PRÉPARATION

Préparer sur le TBI : ANIMAUX MARINS pour consultation ;

Bien que la gouache soit une peinture à l’eau, il vaut mieux recouvrir une grande table et y placer trois assiettes. Vous aurez besoin du bleu, du blanc et du noir : bien brasser les contenants avant d’ouvrir ; verser une petite quantité dans chaque assiette (une couleur/assiette) ;

– un contenant d’eau

– trois gros pinceaux (1/assiette)

– quelques chiffons (ou papier brun)

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces ainsi que :

– un carton rigide blanc 8 ½ x 11 pouces

– un tablier.

.

8. Qu’est-ce que le blanc et le noir ? White reflects light and contains all wavelengths of visible light. Black absorbs light and is the absence of color. Quelles sont les couleurs primaires ? Primary yellow, magenta (red) and cyan (blue) et secondaires ? Orange, green and violet. Écrire à la page 5.

9. Qu’est-ce qu’un acronyme ? Un sigle qui se prononce comme un mot ordinaire (ex. : OVNI). Toujours en équipe de 2, créer et écrire le nom d’un organisme (fictif) en haut, au centre de la page couverture (se référer à la page 2) (ex. : baleines/C’EST ASSEZ ou whale: WAIL, pour faire un jeu de mot. On peut en faire un acronyme, e.g., WAIL: Wonderful Animals In Liberty. Ajouter à la page 3.

10.Écrire son nom à l’endos d’un carton rigide blanc. Démonstration : appliquer un pigment coloré en aplat (gouache) et à la tache et réaliser un dégradé de bleu (fondu). Deux par deux, venir à la grande table.

Placer sous un poids pendant plusieurs jours de façon à l’aplanir. (Placer un papier entre chaque réalisation.)

Comment nettoyer les pinceaux : essuyer d’abord le surplus de peinture sur du papier ou sur un linge humide. Au dessus d’un évier, verser du savon à vaisselle sur les pointes et frotter vigoureusement dans la paume de la main, sous l’eau chaude. Recommencer jusqu’à ce que l’eau soit claire et laisser sécher.

.

11. Consulter le document ANIMAUX MARINS (sur le TBI). Explorer différentes façon de traduire ses idées de création en images : tracer à main levée, deux ou trois croquis pour illustrer l’être vivant choisi, pages 7 et 8 (ex. : la queue de la baleine sortant de l’eau, la ligne de contour de la baleine, etc.).

.

12. Dessiner plusieurs motifs au crayon (bordure) et retracer au crayon feutre noir, pages 6 (ex. : corail, algue, coquillage, etc.). Pour éviter que des taches de feutre noir n’apparaissent à l’endos, insérer un bout de papier sous la page.

.

13. Sur la page couverture de son carnet de traces, tracer un carré (ou un rectangle) à main levée au crayon mine. Choisir un croquis et le reproduire à l’intérieur du carré (ou du rectangle). Réaliser un nouveau croquis si désiré. (Bien que l’élève travaille en équipe, il crée sont propre logo.)

14. Choisir et dessiner au crayon feutre noir, un motif à l’extérieur du cadre. Effacer la ligne de contour préalablement tracée au crayon mine. 

.

Entre le jour 2 et le jour 3

L’enseignant s’assure que les éléments suivants sont présents dans le carnet de traces : définition du blanc et du noir, couleurs primaires et secondaires (page 5), nom d’organisme (fictif) (page couverture), motifs ayant un lien avec la mer (page 6), deux ou trois croquis (pages 7 et 8).

L’élève termine la page couverture.

Jour 3

PRÉPARATION

Donner à chaque élève son carnet de traces ainsi que :

– un carton (peint au cours précédant)

– un petit bâtonnet

– un gobelet de colle blanche

– un gobelet de sable blanc OU noir OU de bouts d’écorce (partager les gobelets selon les besoins de chacun).

.

15. Démonstration : styliser un dessin (logo). Sur son carton peint, dessiner son LOGO au crayon feutre noir (voir page couverture du carnet de traces).

16. Dessiner un ou des motifs sur les côtés, en haut et/ou en bas, au crayon feutre noir (on peut choisir de ne pas utiliser de motifs).

17. Démonstration : enduire de colle une petite surface du dessin à la fois pour éviter que la colle ne sèche (utiliser le bâton de bois comme un crayon pour plus de précision). Éviter de traverser les lignes de contour du logo. Saupoudrer de sable noir ou blanc ou encore, coller des petits bouts d’écorce pour réaliser un effet.

18. Appliquer la même méthode sur les motifs. Signer en bas à droite.

.

CONCLUSION

Réflexions et évaluation envisager des stratégies pour promouvoir une relation saine et consciente entre les humains, l’océan et ses habitants et aux mesures à prendre pour améliorer le sort des habitants de l’océan. « EARTH without ART is juste EH! »

EXTENSIONS

1. Autoévaluation à partir d’une fiche. 

2. Présentation orale et visuelle de sa composition devant ses pairs.

4. Consulter la transcription et traduire le texte en français, seul ou en équipe.

3. Réaliser une exposition : sur une carte, écrire les éléments pertinents reliés au logo (le nom et les services), le nom de l’auteur et la date. Fixer les réalisations au mur et placer les cartes en-dessous.

Ici, seulement quelques signatures sont visibles et les cartes descriptives, mais les réalisations sont bien réelles.

.

École Jean-du-Nord, Sept-Îles, Qc. Classe de Tracy Robinson, 2e cycle du secondaire, 2019-2020

.

GLOSSAIRE

Acronyme : sigle qui se prononce comme un mot ordinaire.

Biodiversité : diversité des espèces vivantes (micro-organisme, végétaux, animaux) présente dans un milieu.

Enjeu éthique : valeur ou norme qui est l’objet d’une question éthique. Par exemple, la question « Faudrait- il se soucier des autres ? » a notamment pour enjeu éthique l’empathie.

Logo : composition figurée servant à identifier visuellement, de façon immédiate une entreprise, une marque, une association, une institution, un produit, un service, un évènement ou toute autre sorte d’organisations dans le but de se faire connaître des publics et marchés auxquels ils s’adresse et de se différencier des autres entités d’un même secteur. 

Norme : une exigence morale qui balise un comportement ; les principes moraux et les règles morales sont des normes. 

OBNL : Organisme à but non lucratif groupement de personnes physiques et/ou morales volontaire à long terme et stable pour répondre à un but précis.

Tracer à main levée : technique de dessins qui se réalise à la main, sans ustensile de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas. 

.

CONTENU DE FORMATION – MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC

À la fin du 2e cycle, l’élève doit pouvoir :

Sur l’avenir de l’humanité : prendre appui sur diverses façons d’entrevoir l’avenir de l’humanité afin d’examiner différentes situations contemporaines ; analyser des défis actuels et envisager des actions ou des options possibles.

Des défis à relever : l’environnement et les conditions climatiques, la faune et l’exploitation des ressources naturelles.

SECONDARY ENGLISH LANGUAGE ARTS

PROGRAM CONTENT

Affordances of Spoken Language – Constructs criteria for choosing the mode of spoken language in a specific context, by considering audience needs and demands of the context; compares the affordances of written, media and multimodal languages in achieving a specific purpose

Affordances of Genres – Differentiates among the affordances of the different genres: selects the genre of reporting to answer the questions Who? How? and What? when dealing with general topics; knows that it uses factual statements and precise language.

ResearchingImmerses self in social context/world of the topic. e.g. reads, views, listens to texts related to the topic; collects the views of other researchers on it.

COMPETENCY 1 – Uses language/talk to communicate and to learn

Key features – Establishes a repertoire of ressources for communicating and learning in specific contexts                         

– Investigates the affordances of spoken language as a mode of communication

– Examines some of the aesthetic qualities of spoken language

– Extends the range of strategies for collecting the data needed for use in specific genres

Development of the Competency – The ultimate goal is the development of a confident, autonomous learner who applies declarative, strategic and procedural knowledge to read and interpret spoken, written and media texts. 

Evaluation criteria

– Collaborates to carry out an inquiry project

– Organizes information in a report for a specific audience

– Selects data-collecting strategies appropriate to the context

End of Cycle Outcomes S/he uses rhetorical strategies to create a relationship with an audience and to achieve a desired purpose, and adapts these strategies in different contexts. As well, the student adjusts the register to meet the demands of a specific context, e.g. when presenting a spoken text in a more formal setting. The student uses knowledge of the affordances of genres when selecting one for a specific purpose. Also, the student draws on a range of strategies for collecting data for specific purposes. 

COMPÉTENCE TRANSVERSALE 2 – Résolution des problèmes

Évolution de la compétence : il est appelé à prendre davantage conscience de ses caractéristiques personnelles, de ses divers liens d’appartenance et de l’influence qu’ils exercent sur ses comportements, ses attitudes et ses valeurs.

Composante de la compétence – Analyser les éléments de la situation : cerner le contexte, en percevoir les éléments déterminants et les liens qui les unissent ; reconnaître les ressemblances avec des situations analogues résolues antérieurement ; saisir la structure du problème à résoudre 

Critères d’évaluation

  • Précision de la définition du problème
  • Pertinence des stratégies envisagées
  • Qualité du retour sur la démarche

DOMAINE DU DÉVELOPPEMENT DE LA PERSONNE

COMPÉTENCE 1 – Réfléchir sur des questions éthiques

Évolution de la compétence : il est appelé à prendre davantage conscience de ses caractéristiques personnelles, de ses divers liens d’appartenance et de l’influence qu’ils exercent sur ses comportements, ses attitudes et ses valeurs.

Composante de la compétence – Évaluer des options ou des actions possibles : proposer des options ou des actions possibles ; sélectionner des options ou des actions qui favorisent le vivre- ensemble 

Critères d’évaluation

  • Évaluation d’options ou d’actions possibles pour reconnaître celles qui favorisent le vivre-ensemble

Attente de fin de cycle : il est capable de mener une réflexion éthique sur des sujets touchant la tolérance, l’avenir de l’humanité, la justice et l’ambivalence de l’être humain. Il sait décrire une situation et approfondir des questions éthiques. Il relève des valeurs et des normes en présence et explique des tensions ou des conflits de valeurs. Il évalue des options et des actions possibles et anticipe des effets sur lui et sur les autres en fonction du vivre-ensemble. Il fait un retour sur sa démarche, en évalue l’efficacité pour sa réflexion éthique et envisage des pistes d’amélioration possibles.

DOMAINE GÉNÉRAUX DE FORMATION – Environnement et consommation
Intention éducative
Amener l’élève à entretenir un rapport dynamique avec son milieu, tout en gardant une distance critique à l’égard de la consommation et de l’exploitation de l’environnement.

Amener les jeunes à appréhender le rapport de l’homme à l’univers dans une perspective de développement durable, en prenant davantage conscience de l’interdépendance des systèmes dans leur réalité immédiate comme à l’échelle planétaire. Il importe que les jeunes deviennent conscients de l’influence de leurs propres actions sur la préservation de leur milieu, dont sont largement tributaires leurs conditions de vie, et qu’ils soient sensibilisés aux effets à long terme de l’utilisation incontrôlée ou de l’exploitation abusive des ressources naturelles. Une réflexion critique sur l’environnement déborde toutefois la seule question de la protection du milieu naturel et renvoie plus globalement à celle de la qualité de l’habitat humain, qui est en grande partie urbain. Cette vision plus large intègre des questions d’ordre esthétique ou architectural, d’aménagement du territoire, de protection du patrimoine, de contrôle de la pollution lumineuse et sonore, de gestion des déchets, etc. C’est tout le rapport de l’homme à son propre écosystème, naturel ou construit, qui est ici en jeu.

Point de vu éthique : en suscitant une réflexion, par exemple, sur la responsabilité morale, on peut amener les élèves à considérer des aspects sociaux, économiques et éthiques du monde de la consommation.

De même, en réfléchissant à divers aspects tels que la quête du bonheur ou de la richesse, les élèves peuvent prendre conscience de leur influence comme consommateurs et de l’importance d’utiliser les ressources de façon responsable.

Axe de développement – Connaissance de l’environnement

  • Conscience de l’interdépendance de l’environnement et de l’activité humaine
  • Souci du patrimoine naturel et construit

LIEN CULTUREL – Ouverture sur la vidéo – Enseignement traditionnelCapitaine Lévis Ross Production Manitu inc. Durée : 4 min 44 s.

LIENS ARTISTIQUES

La formation en arts plastiques alphabétise visuellement l’élève, développe son potentiel créateur au regard du monde visuel et ses habiletés à symboliser, à exprimer et à communiquer par le biais de l’image.

Développement de la compétence – Transformer la matière

Mobilisation et contexte

  • Type de tâche : transformer la matière
  • Type de production : image bidimensionnelle
  • Modalité de réalisation : seul 

Retour réflexif 

  • Dispositif : activation des connaissances antérieures ; recherches documentaires ; consignation d’idées et de recherches
  • Outils : de consignation de l’élève (carnet de traces) ; d’évaluation (grille d’autoévaluation) 

Ressources

  • Contenus : gestes transformateurs, matériaux et outils traditionnels propres aux arts plastiques ; concepts et notions (éléments du langage plastique, organisation de l’espace et représentation de l’espace) ; vocabulaire ; rencontres de créateurs ; stratégies: centration, observation, comparaison, planification du travail, gestion du temps accordé pour le travail
  • Attitudes : réceptivité ; investissement personnel ; rigueur dans le travail de création

À la fin du 2e cycle, l’élève doit pouvoir :

Tracer à main levée.

Appliquer un pigment coloré : à la tache et au trait (gouache).

Coller des formes (éléments) en aplat ou en relief sur un support (colle, sable, bouts d’écorce sur carton).

COMPÉTENCE  2 – Créer des images médiatiques

Composante de la compétence Exploiter des idées en vue d’une création médiatique : s’ouvrir à une proposition ; être attentif aux idées, aux images, aux émotions, aux sensations et aux impressions qu’elle suscite ; conserver des traces de ses idées ; sélectionner des idées et anticiper son projet de création médiatique

Critères d’évaluation

  • Cohérence des liens entre l’intention de création, le développement de la mise en forme et le message visuel

Attentes de fin de cycle : il exploite la dynamique de création de façon consciente. Ses réalisations médiatiques sont authentiques : elles témoignent d’une recherche d’originalité et d’expressivité et elles exploitent la fonction de communication de l’image. Elles résultent d’une organisation cohérente des éléments qui les composent et intègrent des codes visuels propres à la communication par l’image.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES INNUS

Par Anne-Marie André / Uashat, Qc

OBJECTIF GLOBAL Les objectifs pédagogiques innus consistent à susciter chez l’enfant la connaissance et le respect de son groupe ethnique, de son environnement et de ses traditions et favoriser la découverte des divers aspects de la vie innue d’hier et d’aujourd’hui.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX

4. Découvrir les différents aspects de la vie innue d’autrefois, en forêt et dans la communauté 

OBJECTIFS TERMINAUX

4.12  Identifier les divers poissons dont se nourrissaient les Anciens

4.12.1  Rechercher les sortes de poissons les plus connues.

Tous droits réservés © 2016 ETAPMANITU

.

Retour
Suivant