DÉVELOPPEMENT PERSONNEL – ARTS VISUELS / Relations – Peinture – 1er cycle du primaire


LES ÊTRES VIVANTS PAR LA COULEUR PROJET Réaliser un symbole qui représente sa compréhension du vivant. LA PLUME – Gouache sur papier aquarelle, 11 x 8 ½ pouces . École Marie-Immaculée, Sept-Îles, Qc. Classe de Isabelle Landry, 2017-2018 . MATÉRIEL LE MATÉRIEL D’ART EST FOURNI PAR ETAPMANITU 1. Papier aquarelle 8 ½ x 5 ½ pouces

LES ÊTRES VIVANTS PAR LA COULEUR

PROJET

Réaliser un symbole qui représente sa compréhension du vivant.

LA PLUME – Gouache sur papier aquarelle, 11 x 8 ½ pouces

.

École Marie-Immaculée, Sept-Îles, Qc. Classe de Isabelle Landry, 2017-2018

.

MATÉRIEL

LE MATÉRIEL D’ART EST FOURNI PAR ETAPMANITU

1. Papier aquarelle 8 ½ x 5 ½ pouces (8 ½ x 11 pouces coupé en deux, 1/élève)

2. Papier 8 ½ x 14 pouces 

3. Crayon mine, efface et crayon feutre noir

4. Peinture (gouache) : jaune, bleu, rouge

5. Gobelets

6. Pinceaux (2 grosseurs – 1 petit et 1 large/élève)

7. Plastique (recouvrir les tables) et papier brun (essuyer les pinceaux)

8. Tablier (vieux chemisier)

.

LANGAGE PLASTIQUE

Couleurs pigmentaires primaires : jaune primaire, magenta, cyan

Ligne : large, étroite

Organisation de l’espace : répétition, alternance

Technique : peinture

.

OUTILS PÉDAGOGIQUES

Vidéo sur le mode de vie innu – Enseignement traditionnel – Production Manitu inc.

Vivant non-vivant Durée : 3 min 59 s.

..

.

Toile de l’artiste Ernest Aness Dominique

.

Ernest Aness Dominique

.

.

Photocopies (à imprimer, à découper et à coller)

.

.

Tableau des couleurs primaires et secondaires

.

.

.

.

.

Carnet de traces

.

.

Ce projet est financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.

.

.

.

CONTENU DU CARNET DE TRACES

Les élèves fabriquent un carnet de traces de 8 pages et compilent les informations suivantes :  

PAGE COUVERTURE : dessiner, encadrer et colorier un symbole, écrire son nom en bas au centre.

Page 2 : coller les trois couleurs primaires et les trois couleurs secondaires.

Page 3 : écrire le nom de trois êtres vivants. 

Page 4 : écrire trois émotions reliées aux êtres vivants.

Page 5 : dessiner trois symboles reliées aux êtres vivants.

page 6 : écrire le nom d’un être non vivant en haut de la page et le dessiner.

Page 7 : écrire trois éléments reliés aux changements – le passé.

Page 8 : écrire trois éléments reliés aux changements – le présent.

Réalisation d’un carnet de traces

.

.

ÉTAPES DU COURS

Jour 1

1. Présentation de l’artiste et du projet. Qu’est-ce qu’un symbole ? Un concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général (ex. : le M de McDonald).

2. Visionner la vidéo sur le mode de vie des Innus Vivant non-vivantsProduction Manitu inc. Durée : 4 min 1 s.

3. L’élève réalise un carnet de traces en manipulant et en pliant un papier 8 ½ x 14 pouces en 8 carrés égaux. Il repère la page couverture et numérote les pages 2 à 8. Il écrit son nom en bas au centre.

4. Explorer et comparer les usages et les coutumes d’autrefois et d’aujourd’hui ; à partir de la vidéo, discuter des éléments reliés aux changements, soit : le nomadisme et la sédentarisation. Écrire au tableau, trois éléments reliés au passé (ex. : dormir dans une tente), écrire, page 7 ; écrire trois éléments reliés au présent (ex. : dormir à la maison), page 8. Optionnel : n’écrire que les mots clefs (ex. : tente – maison, mocassins – bottes, chasser – acheter).

.

5. Établir des relations et faire la distinction entre vivant et non vivant. Écrire au tableau : d’après des éléments repérés dans la vidéo, d’un côté les êtres vivants et de l’autre, les non vivants. Écrire le nom de trois êtres vivants (ex. : un enfant, un poisson, un aigle) à la page 3. Écrire le nom d’un être non vivant en haut de la page 6 (ex. : un arbre). Dessiner l’élément.

.

6. Discussion sur les rêves. Inviter l’élève à croire au pouvoir du rêve en partageant une expérience personnelle.

Entre le jour 1 et le jour 2

L’enseignant vérifie la compréhension de l’élève : trois éléments du passé (page 7), trois éléments du présent (page 8),  trois êtres vivants (page 3), un être non vivant (page 6).

Jour 2

7. Écrire au tableau : attribuer une émotion à chacun des êtres vivants (ex. : un enfant heureux, un poisson libre, un aigle fort). Écrire, page 4.

.

8. Démonstration : comment choisir un symbole ? (ex. : l’amour – le coeur). Trouver et dessiner trois symboles reliés à chaque être vivant (ex. : un aigle – une plume), page 5.

.

9. Écrire au tableauQuels sont les trois couleurs primaires ? Jaune, cyan (bleu) et magenta (rouge). Coller à la page 2. Choisir et entourer une couleur primaire. Comment trouver les couleurs qui ont le plus d’impact lorsqu’elles sont placées côte à côte ? Par exemple : le magenta (rouge). Quelles sont les deux autres couleurs ? Le jaune et le cyan (bleu). Quand on les mélange on obtient du vert, il n’y a pas de magenta dans le vert, elle est sa complémentaire. Entourer une des trois couleurs secondaires.

.

10. Appréciation d’une toile de l’artiste Ernest Dominique. Identifier les couleurs primaires. Repérer des éléments connus.

.

11. Choisir le nom de l’être vivant auquel l’élève s’identifie le plus (voir, page 5). Que signifie « tracer à main levée » ? Une technique de dessin qui se réalise à la main, sans ustensile de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas. Dessiner un symbole sur la page couverture (prendre tout l’espace). Encadrer le dessin.

.

Entre le jour 2 et le jour 3

L’enseignant vérifie que la cueillette d’information de l’élève soit conforme aux attentes : trois émotions (page 4), trois symboles (page 5), trois couleurs primaires et trois secondaires (page 2).

L’élève ajoute les couleurs sur la page couverture en respectant les deux couleurs choisies. Tracer les lignes de contour au feutre noir.

Jour 3

PRÉPARATION

Bien que la gouache soit une peinture à l’eau, il vaut mieux recouvrir les tables.

Pour la troisième et dernière session, vous aurez besoin des trois couleurs primaires : bien brasser les contenants avant d’ouvrir ; verser une petite quantité de chaque couleur dans une assiette (1/élève), laisser autant d’espace que possible entre les couleurs ; redonner des couleurs pendant le cours si nécessaire.

.

Redonner à chaque élève son carnet de traces ainsi que :

– deux pinceaux (un petit et un large)

– un morceau de papier brun

– un petit contenant d’eau

– une feuille de papier aquarelle 8 ½ x 5 ½ pouces

– un crayon feutre noir

– un tablier

.

12. Dessiner son symbole sur du papier aquarelle au crayon mine, retracer le symbole au crayon feutre noir.

.

13. Qu’est-ce qu’un aplat ? En peinture, imprimerie, et arts graphiques, c’est ce qui désigne une surface de couleur uniforme (de même nuance et même puissance). Démonstration : appliquer un pigment coloré (couleur primaire choisie) à l’intérieur du symbole. Mélanger les deux autres couleurs primaires pour obtenir une couleur secondaire (elle devient complémentaire). Appliquer la couleur complémentaire à l’extérieur du symbole.

.

Placer sous un poids lourd pendant 15 minutes afin d’aplanir. (Placer un papier entre chaque réalisation.)

Nettoyer les pinceaux : essuyer d’abord le surplus de peinture sur du papier ou sur un linge humide. Au dessus d’un évier, verser du savon à vaisselle sur les pointes et frotter vigoureusement dans la paume de la main, sous l’eau chaude. Recommencer jusqu’à ce que l’eau soit claire. Essorer et laisser sécher. (Pour que les poils retrouvent leur souplesse, laissez un peu de savon sur les pointes.)

.

14. Retracer au crayon feutre noir et signer à l’extérieur du carré, en bas et à droite.

.

15. Optionnel : discuter sur l’importance d’écouter les autres. Présentation orale et visuelle de sa composition devant ses pairs.

.

CONCLUSION 

Réflexions et évaluation des mesures à prendre pour prendre soin de son environnement.

EXTENSIONS

1. Autoévaluation à partir d’une fiche.

2. Situation d’écriture : à l’aide des informations compilées dans le carnet de traces, écrire les plus pertinentes sur une petite carte.

3. Trouver le nom de l’être vivant choisi en langue innue et l’écrire en haut de la page couverture. Voir : http://dictionnaire.innu-aimun.ca/Words

4. Réaliser une exposition : écrire le nom en langue innue et en français sur une petite carte. Fixer les réalisations au mur et placer les petites cartes sous les réalisations.

GLOSSAIRE

Un aplat (ou à-plat), en peinture, imprimerie, et arts graphiques, désigne une surface de couleur uniforme (de même nuance et même puissance).

Culture comportement d’un humain dans un environnement déterminé.

Forme agencement des structures.

Symbole concept, une représentation pensée chez un individu en particulier ou un groupe en général; l’association faite par la pensée est déclenchée à partir des sens humains percevant quelque chose.

Tracer à main levée technique de dessin qui se réalise à la main, sans ustensile de guidage ou instrument de mesure comme une règle ou un compas.

.

.

CONTENU D’APPRENTISSAGEMINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC

Connaissance et stratégies utiles pour comprendre des situations de vie et construire son référentiel moral

À la fin du 1er cycle, l’élève doit pouvoir :

Établir des relations entre ce qu’il est, ce qu’il expérimente dans ses relations aux autres et à l’environnement et ce qu’il découvre des exigences de ces relations

Une personne vivante : distinction entre vivant et non vivant

Une personne en relation d’interdépendance avec d’autres vivants : les soins que les personnes doivent donner aux animaux et aux végétaux

COMPÉTENCE 2 – Prendre position, de façon éclairée sur des situations comportant un enjeu moral

Cheminement de l’élève : au début du primaire, les problèmes à résoudre sont simples et placent l’élève devant un dilemme, c’est-à-dire devant deux possibilités : faire ou ne pas faire, dire ou ne pas dire ? L’élève utilise un repère qui a du sens pour lui.

Composante de la compétence – Justifier son choix en fonction du mieux-vive individuel et collectif

Critères d’évaluation

  • Justification du choix à l’aide d’un ou de repères pour tendre vers le mieux-vivre

Attentes de fin de cycle : il résout, avec le soutien occasionnel de l’enseignant, un dilemme moral simple qui met en cause les liens entre les êtres vivants.

COMPÉTENCE TRANSVERSALE 7 – Structurer son identité

Évolution de la compétence : il apprend à faire des liens entre ses perceptions, ses sentiments, ses réflexions et ses réactions.

Composante de la compétence – Mettre à profit ses ressources personnelle : manifester de plus en plus d’autonomie et d’indépendance.

Critères d’évaluation

  • Curiosité et ouverture à l’égard de son environnement

DOMAINE GÉNÉRAUX DE FORMATION – Environnement et consommation Intention éducative
Amener l’élève à entretenir un rapport dynamique avec son milieu, tout en gardant une distance critique à l’égard de l’exploitation de l’environnement, du développement technologique et des biens de consommation.

Axe de développement – Présence à son milieu

  • Sensibilité à l’environnement naturel et humain
  • Compréhension de certaines caractéristiques et de phénomènes de son milieu

LIEN CULTUREL – Enseignement traditionnel – Vivant non vivants – Production Manitu inc. Durée : 4 min 1 s.

LIENS ARTISTIQUES

La formation en arts plastiques alphabétise visuellement l’élève, développe son potentiel créateur au regard du monde visuel et ses habiletés à symboliser, à exprimer et à communiquer par le biais de l’image.

À la fin du 1er cycle, l’élève doit pouvoir :

Tracer à main levée (crayon feutre).

Appliquer un pigment coloré en aplat (gouache).

COMPÉTENCE 1 – Réaliser des créations plastiques personnelles

Cheminement de l’élève : s’initie à une démarche de création, à la transformation de matériaux et à l’utilisation du langage plastique et de l’organisation de l’espace.

Composante de la compétence – Exploiter des idées de création inspirées par une proposition

Critères d’évaluation

  • Utilisation pertinente de gestes transformateurs spontanés
  • Organisation simple des éléments

Attentes de fin de cycle : il participe aux étapes de la démarche de création. Liée à la proposition de création, sa réalisation traduit sa perception du réel. Elle résulte de gestes spontanés, d’une utilisation pertinente du langage plastique et d’une organisation simple des éléments qui la composent.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES INNUS

Par Anne-Marie André / Uashat, Qc

OBJECTIF GLOBAL
Les objectifs pédagogiques innus
veulent susciter chez l’enfant la connaissance et le respect de son groupe ethnique, de son environnement et de ses traditions et favoriser la découverte des divers aspects de la vie innue d’hier et d’aujourd’hui.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX
5. Reconnaître les différents aspects de la vie innue d’aujourd’hui

OBJECTIFS TERMINAUX
5.1 Établir la différence entre le mode de vie actuel sur la communauté et le mode de vie d’autrefois

5.1.2 Comparer le logement en forêt à celui d’aujourd’hui dans la communauté.

5.1.4. Comparer les moyens de transport d’hier à ceux d’aujourd’hui.

Tous droits réservés © 2016 ETAPMANITU

.

Suivant
Précédant